Séminaire de recherche « Photographie et Histoire »

École nationale supérieure Louis-Lumière / Archives nationales / CEMTI (Université Paris 8) / CHS des mondes contemporains (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CNRS).

PROGRAMME 2021-2022

Dates :
Année 2021 : jeudi 30 septembre, jeudi 28 octobre, jeudi 25 novembre, jeudi 2 décembre.
Année 2022 :  jeudi 27 janvier, vendredi 25 février, vendredi 25 mars, vendredi 8 avril, vendredi 20 mai, vendredi 3 juin.

Jeudi 30 septembre
Caran 10h-12h

Ouverture du séminaire par Françoise DENOYELLE et Véronique FIGINI

Maria XYPOLOPOULOU
Doctorante en histoire contemporaine Sorbonne-Panthéon / École française d’Athènes

« Un « front oublié », des photographes « oubliés » ?
Perspectives et enjeux de la pratique photographique sur le front d’Orient (1915-1918) »

Jeudi 28 Octobre
Caran 10h-12h

Claude MALÉCOT
Docteure et ancienne chef de projet aux éditions du Patrimoine/Monum

« Paris 1912. Le clin d’œil de Jules Séeberger. »

Françoise DENOYELLE
Historienne de la photographie, professeur émérite, expert, commissaire d’exposition

L’exposition Dieuzaide, 60 ans de Photographie.
La Rétrospective, retour sur un exercice curatorial singulier 

Jeudi 25 novembre
Caran 10h-12h

Véronique ANTOMARCHI
Docteure en histoire, professeure agrégée d’histoire à l’université de Paris (PRAG). Cerlom-Inalco, Canthel-université de Paris

Saisons inuit, voyage en images 

Cécile LALY
Specially appointed Lecturer, Kyoto Seika University, Academia.edu 

Visite virtuelle du Japan Camera Industry Institute (JCII), Tokyo
Communication en visio-conférence depuis le Japon

Jeudi 2 décembre
Caran 10h-12h

Fanny BIETH
Doctorante en histoire de l’art, Université du Québec à Montréal

« Photographie sinon on ne va pas nous croire. »
Raymond Depardon et la fin des asiles italiens 

Louis BOULET
Chargé de cours à l’UQÀM et à l’UPEM. Doctorant en Histoire de l’art et en Philosophie. UQÀM et Université de Tours. Ancien étudiant de l’ENS Louis-Lumière

Les enjeux politiques contemporains de la photographie :
L’exemple de l’exposition d’Ahlam Shibli au Jeu de Paume. 

Jeudi 27 janvier
Caran 10h-12h

Dominique VERSAVEL
Cheffe du service de la photographie et conservatrice en charge de la photographie du XXe siècle au département des Estampes et de la photographie de la BnF.

Du noir et blanc et de la couleur dans les collections photographiques du département des Estampes et de la photographie de la BnF (1950-2000) 

Angèle FERRERE
Docteure en esthétique de la photographie à l’université Paris VIII
et spécialiste en photographie d’architecture

Des œuvres de femmes photographes dans les collections photographiques du département des Estampes et de la photographie de la BnF (années 1970 à 1990) 

Vendredi 25 février
Caran 10h-12h

Natalie COURAL
Conservatrice du patrimoine, spécialité Arts graphiques, département restauration, C2RMF

Jean-Paul GANDOLFO
Ancien professeur à l’ENS Louis-Lumière. Responsable du laboratoire argentique. Chargé de cours à l’École du Louvre 

Louis Ducos du Hauron, un inventeur visionnaire.
Retour sur un projet de recherche et de valorisation 
En lien avec cette communication : Colloque Louis Ducos du Hauron
Agen, le 27 novembre 2021 

Lucie MORICEAU-CHASTAGNER
Responsable des collections photographiques et adjointe à la cheffe du département Beaux-arts et Patrimoine, du musée de l’Armée

Véronique FIGINI-VERON
Historienne de la photographie, maîtresse de conférences, CEMTI/CHS des Mondes contemporains

La France au travail et La Documentation française
Retour sur la table ronde et l’exposition des Rendez-Vous de l’Histoire de Blois 2021 
En lien avec cette communication : La Documentation française et la France au travail 1945-1980. Le point de vue de l’État | Les rendez-vous de l’histoire (rdv-histoire.com)
https://rdv-histoire.com/programme/edition-2021-le-travail/les-francais-au-travail-1945-1980-archives-photographiques-de-la-documentation-francaise

Vendredi 25 mars
Archives nationales

Site de Pierrefitte-sur-Seine (93)
10h-12h

Sandrine BULA
Conservatrice en chef du Patrimoine aux Archives nationales,
chargée de mission Photographie

Visite de l’exposition « Plateau volant, motolaveur, purée minute.
Au Salon des arts ménagers 1923-1983 

Exposition présentée du samedi 5 février au samedi 16 juillet 2022
Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine.
Archives nationales (France) (culture.gouv.fr)

Vendredi 8 avril
Caran 10h-12h

Myriam TSIKOUNAS
Historienne, professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Françoise DENOYELLE
Historienne de la photographie, professeur émérite, expert, commissaire d’expositions

Être historienne, être pionnière
Dialogue croisé
En lien avec la rubrique « Épistémologie en débats » de la Revue d’Histoire Culturelle (ici)

Vendredi 20 mai
Caran 10h-12h

Débora COSTA
Université Fédérale de Minas Gerais (UFMG), Brésil. Doutoranda em Comunicação Social. Pesquisadora na área de comunicação visual e história

 « Belo Horizonte et le Vieux Paris :
le progrès et la nostalgie dans les cartes postales de 1900″

En lien avec la rubrique « Atelier de la Recherche » de la Revue d’Histoire Culturelle (ici) un.e étudiant.e en master sera invité.e. 

L’« Atelier de la recherche » est une rubrique vouée à accueillir des travaux émanant de jeunes chercheurs et de jeunes chercheuses n’ayant pas ou peu eu l’occasion de publier dans des revues scientifiques. Cette rubrique, sans thème imposé, entend devenir un lieu privilégié de publications issues de masters soutenus ou de doctorats en cours dans le domaine de l’histoire culturelle. 

Vendredi 3 juin
Musée de l’Armée

10h-12h

Françoise DENOYELLE
Historienne de la photographie, professeur émérite, expert, commissaire d’exposition. Présidente du conseil scientifique de l’exposition

Lucie MORICEAU-CHASTAGNER
Responsable des collections photographiques et adjointe à la cheffe du département Beaux-arts et Patrimoine du musée de l’Armée 

Visite de l’exposition « Photographies en guerre » au musée de l’Armée (Hôtel national des Invalides, Paris 7)

Ouvert aux chercheurs, aux doctorants, aux étudiants et aux responsables en charge de collections de photographies dans les institutions, le séminaire Photographie et Histoire se propose de poursuivre la mise en perspective des recherches en cours d’élaboration et de faciliter la circulation des informations sur les fonds photographiques conservés dans le secteur public comme dans le secteur privé, et chez les particuliers en France et à l’étranger.

Du domaine des arts appliqués aux arts visuels, à celui des médias, le travail sur les modalités de production, de diffusion et de commercialisation dans la presse, l’édition, sur internet et les réseaux sociaux ; sur les problématiques de repérage, de conservation, de droits, de mise à disposition du public et de valorisation des fonds ou des collections sera poursuivi. Le questionnement sur le rôle de l’image dans la construction de l’histoire et d’une représentation collective sera développé.

De droite à gauche, Marc Durand, Mathilde Kiener, Françoise Denoyelle, Louis Boulet, Mathilde Falguière, François Bordes, Hélène Bocard, Lucie Moriceau, Enrico Floriddia. Archives nationales, CARAN, 24 février 2017.

DIRECTION :  Françoise DENOYELLE, historienne de la Photographie, professeure émérite des Universités à l’ENS Louis-Lumière (Cité du Cinéma, La Plaine-Saint-Denis 93). Chercheure au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne/ CNRS. Expert en photographie. Contact : francoise-denoyelle@orange.fr

Véronique FIGINI-VERON, historienne de la Photographie, maîtresse de conférences à l’ENS Louis-Lumière (Cité du Cinéma, La Plaine-Saint-Denis 93), chercheure au Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (CEMTI, Université Paris 8, EA 3388), associée au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CNRS, UMR 8058). Expert près la cour d’appel de Paris. Contact : v.figini@ens-louis-lumiere.fr

Le séminaire a le plaisir d’accueillir un nombre sans cesse croissant d’intervenants  étrangers (2016 : Hongrie, Japon, Pologne. 2017 : Italie, Japon. 2021-2022 : Brésil, Grèce, Japon).

PROGRAMME 2019

Vendredi 18 janvier

(Caran, 10h-12h)

Ouverture du séminaire par Françoise DENOYELLE

Nadège ABADIE, photographe réalisatrice.

Écritures audiovisuelles : quand l’image s’étend

Louis BOULET, doctorant en histoire de l’art et philosophie (UQÀM et Université François-Rabelais).

La représentation de l’histoire dans Soulèvements, et ses enjeux politiques

Vendredi 25 janvier

(MNAM

11h-12h30)

Damarice AMAO, docteure en histoire de l’art (Université Paris-Sorbonne), assistante de conservation MNAM – Centre Georges-Pompidou.

Visite de l’exposition « Photographie : arme de classe 1928-1936 »

Vendredi 15 février

(Caran, 10h-12h)

Sébastien PIVOTEAU, ingénieur de recherche, Archives nationales.

L’État photographe au service des Trente Glorieuses

Véronique ANTOMARCHI, PRAG Histoire, université Paris Descartes, CERLOM-INALCO, Canthel Paris Descartes.

Photographies des projets des architectes BADANI-ROUX-DORLUT : l’exemple de l’IUT de l’avenue de Versailles à Paris (1969-1970), reflet des Trente Glorieuses.

Vendredi 22 mars

(Caran, 10h-12h)

Claude MALÉCOT, docteure et ancienne chef de projet aux éditions du Patrimoine/Monum.

Le dernier atelier Nadar, rue Bassano (1924-1939)

Pascal MARTIN, professeur des Universités à l’ENS Louis-Lumière en optique appliquée.

L’image relief du XIXe siècle à nos jours. La réalité virtuelle (VR) et les vues à 360°, de réelles innovations ?

Vendredi 12 avril

(Caran, 10h-12h)

Bernard LEBRUN, ancien Grand Reporter, Service Enquêtes et Reportage (Desk Etranger) France 2

 Approches d’une démarche biographique autour de Raymond Depardon

 Françoise DENOYELLE, historienne de la photographie, professeur émérite à la Sorbonne.

Les 50 ans des Rencontres internationales de photographie à Arles. Histoire d’un festival

Vendredi 10 mai

(Caran, 10h-12h)

Sophie JEHEL, maîtresse de conférences en SIC, Université Paris 8, chercheure au Cemti-Acmé, chercheure associée au Carism.

L’image au centre des politiques affectives des plateformes numériques et des stratégies émotionnelles des publics.

Linda GARCIA d’ORNANO, chargée des actions scientifiques. Département de la médiation et des publics. Pôle de conservation et de valorisation des archives (ECPAD, Agence d’images de la Défense)

Les portraits de Francesca par Daniel Masclet : la part du modèle

Vendredi 7 juin

(Caran, 10h-12h)

Clôture du séminaire par Véronique FIGINI-VERON

Hélène BOCARD,

conservatrice en chef du patrimoine. Établissement public du Palais de la Porte Dorée.

La revue Le Point, publiée à Colmar de 1936 à 1962

Mathilde FALGUIÈRE, conservatrice du patrimoine, responsable du département de la photographie. Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

Daniel Boudinet, le temps de la couleur

 Visite d’exposition (PH in situ). Vendredi 25 janvier 2019 (11h – 12h30)

« Photographie : arme de classe 1928-1936 » par Damarice AMAO, assistante de conservation au Cabinet de la photographie du MNAM-Centre Pompidou et  co-commissaire de l’exposition.

 

Communications  (PH au Caran)

Vendredi 18 janvier 2018 (10h-12h)

Ouverture du séminaire par sa fondatrice Françoise DENOYELLE, historienne de la photographie et professeur émérite à la Sorbonne.

  • Nadège ABADIE, Photographe réalisatrice.

Écritures audiovisuelles : quand l’image s’étend

Nadège Abadie, photographe réalisatrice, témoignera de son parcours et de son expérience afin de caractériser et de contextualiser la mise en œuvre de ces « Écritures audiovisuelles ». En tant que praticienne, elle définira les enjeux narratifs et photographiques de ces écritures, en dessinera les perspectives et les limites. En tant qu’enseignante à l’ENS Louis-Lumière, elle discutera de la mise en place de cet enseignement et de l’importance de sensibiliser à cette photographie étendue – expanded photography – précisant que celle-ci est une pratique à multiples facettes qui, par envie ou contrainte, déborde et tend à prendre quelque dimension supplémentaire.

Nadège Abadie, est photographe réalisatrice, membre de l’agence Signatures. Elle développe des projets qui allient photographies, sons, vidéos et textes, s’attachant à raconter des vies, des parcours, des trajectoires humaines. Elle travaille en commande pour la presse quotidienne et magazine. Ses travaux ont été exposés dans de nombreux festivals et en galeries. Après le succès de son court-métrage 32 boulevard de Magenta, elle réalise en 2017 son premier documentaire Le Point de rosée coproduit par De Films en Aiguille et France Télévisions. Elle prépare actuellement trois nouveaux documentaires : Des mots à la figure, Dans mon cœur la pluie et Karma Police. Elle est enseignante en Écritures audiovisuelles à l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière. http://nadegeabadie.fr.

  • Louis BOULET, Chargé de cours d’Esthétique à l’Université Sorbonne-Nouvelle, doctorant en Histoire de l’art et en Philosophie UQÀM et Université François-Rabelais.

La représentation de l’histoire dans Soulèvements, et ses enjeux politiques

 Partant de l’histoire très riche des expositions de photographies au cours de la première moitié du XXe siècle, de la variété de leurs formes et de leur importance dans les processus politiques qu’elles mettaient en jeu, j’ai décidé de m’intéresser aux expositions photographiques contemporaines, et d’analyser les enjeux politiques qu’elles impliquaient à leur tour. Si les études muséographiques photographiques connaissent de nos jours une inflation remarquable, elles restent relativement pauvres par rapport à d’autres domaines de l’histoire de la photographie, et manquent notamment d’études spécifiques sur des institutions encore en activité comme cela a pu être fait pour des musées d’art plus généralistes. C’est pourquoi j’entreprends, pour ma thèse de doctorat, d’étudier le rapport des expositions de photographies contemporaines à l’aune de leurs impacts sociaux, en me focalisant en particulier sur le Jeu de Paume ; ce choix découle de nombreuses raisons, dont l’engagement annoncé du lieu n’est pas le moindre.

Au sein du corpus de cette institution, l’exposition Soulèvements, commissariée par Georges Didi-Huberman en 2016-2017, semble interroger, plus encore que les autres, le rapport entre la photographie et l’histoire. En effet, l’exposition se donne pour objectif de présenter des œuvres variées sur le thème des « désordres sociaux, agitations politiques, insoumissions, insurrections, révoltes, révolutions, vacarmes, émeutes, bouleversements en tous genres. » Succès critique autant que populaire, l’exposition, qui se donne pour objectif de « réinventer nos espoirs politiques », a pourtant fait l’objet de nombreuses critiques. On se propose alors de confronter la réflexion essentielle de Georges Didi-Huberman sur l’histoire et les images, les intentions qu’il projetait sur son exposition et les réactions concrètes qu’elle a provoquées. En se fondant sur la réception critique et médiatique de l’exposition, mais aussi sur son analyse matérielle, en particulier des moyens scénographiques mis en œuvre, on essaiera alors d’en dessiner les enjeux politiques.

 

Vendredi 15 février 2019 :

– Sébastien PIVOTEAU

Ingénieur de recherche, responsable de fonds aux Archives nationales (département de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Agriculture (DEATA), pôle Agriculture et PTT).

L’État photographe au service des Trente Glorieuses

Le Département de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Agriculture (DEATA) de la Direction des Fonds des Archives nationales conserve plusieurs fonds photographiques qui témoignent des efforts de reconstruction et de modernisation menés par l’État de l’après-guerre aux années 1970. Avant même le lancement de la Mission photographique de la DATAR et de l’Observatoire photographique national du paysage, des photographes missionnés ou salariés par les ministères de l’Agriculture, des Transports et de l’Urbanisme, ou encore le Commissariat général au Tourisme, ont en effet donné à voir une France en mutation accélérée.

La présente communication s’attachera dès lors à présenter et à éclairer les images visuelles et mentales ainsi produites. Car ces photographies ne s’inscrivent pas seulement dans une démarche de connaissance visant à faciliter la mise en œuvre de politiques publiques d’aménagement et d’équipement ; elles participent aussi et surtout d’une construction de représentations destinées tout à la fois à légitimer l’action gouvernementale sur le territoire, à consolider une identité collective faite de modernité technique et d’héritages naturels et culturels, et à stimuler la croissance économique, par la diffusion de bonnes pratiques agricoles comme par la promotion de l’attractivité touristique du pays.

  • Véronique ANTOMARCHI, PRAG Histoire, université Paris Descartes, CERLOM-INALCO, Canthel Paris Descartes.

Photographies des projets des architectes BADANI-ROUX-DORLUT : l’exemple de l’IUT de l’avenue de Versailles à Paris (1969-1970), reflet des Trente Glorieuses.

Cette communication présente une collection de photographies retraçant l’œuvre de Daniel BADANI et de Pierre LEROUX-DORLUT, architectes quelque peu oubliés de l’Etat Providence. Elle mettra en lumière la construction de l’IUT de l’avenue de Versailles en 1969-1970 en croisant différentes sources (Archives Nationales, Archives de Paris, Bibliothèque de la Cité de l’Architecture et du patrimoine, centre d’archives de la bibliothèque de la Cité de l’Architecture et du patrimoine, témoignages). Dans le cadre de la commémoration de son 50e anniversaire, l’usage de ces fonds permet de retracer les commencements de cet IUT, en particulier auprès des personnels et des étudiants.

Confrontant les sources d’archives et les légendes diffusées depuis une cinquantaine d’années, ce travail a pour but de changer les regards sur un bâtiment ordinaire et familier tout en réfléchissant à l’« esprit du lieu ».

 

Vendredi 22 mars 2019 :

  • Claude MALÉCOT, Docteure en histoire, ancienne chef de projet aux éditions du Patrimoine/Monum.

 Le dernier atelier Nadar, rue Bassano (1924-1939)

En 1924, Paul Nadar ouvre un nouvel atelier rue Bassano, dans l’hôtel du peintre Bonnat. À soixante-huit ans, il s’installe dans une demi retraite, se consacrant à l’exploitation du « Panthéon-Nadar ». Mais le portraitiste garde une clientèle de fidèles et des attaches dans le monde de la mode. Président honoraire de la Chambre syndicale des photographes, il est associé aux expositions, manifestations, à l’ouverture de l’école professionnelle de photographie. Mais il n’est pas à l’écart de l’avant-garde des arts et lettres, qui se retrouve poser chez Nadar, les nouveaux maîtres du ciel aussi. Au tournant des années 30, Nadar et Atget devenant les figures tutélaires des photographes modernes, Paul est réclamé pour réaliser de nouvelles épreuves des clichés de son père et des siens : Salon de l’Escalier, Salon de l’Araignée, « Photographs by Nadar » chez Julien Levy à New York, Rétrospective Nadar au XXVIIIe Salon d’Art photographique de la SFP, « Soixante ans de modes féminines » au XXIXe Salon d’Art photographique de la SFP, participation à l’exposition de Beaumont Newhall au MoMA à New York, « Soixante ans de photographies de théâtre » au XXXIIe Salon d’Art photographique de la SFP… Sa fille Marthe viendra l’épauler dès 1937 et prendra la relève à son décès en 1939. Le dernier des trois Nadar aura su transmettre, dans son entier, le fonds Nadar à la postérité. 

  • Pascal MARTIN, Professeur des Universités à l’ENS Louis-Lumière en optique appliquée.

L’image relief du XIXe siècle à nos jours. La réalité virtuelle (VR) et les vues à 360°, de réelles innovations ?

Pour Euclide, « Voir en relief, c’est recevoir au moyen de chaque œil l’impression simultanée de deux images dissemblables ». Ainsi, cinq siècles avant Jésus-Christ, les bases de la stéréoscopie sont posées. L’histoire de la photographie, celle du cinéma, mais plus généralement celle de tous les médiums qui concourent de près ou de loin à la fabrication et à la diffusion des images, témoignent de cette volonté de chercher à recréer cette donnée physiologique qu’est la 3e dimension. Après en avoir rappelé les grands principes, la communication sera essentiellement tournée vers l’analyse des perspectives que le relief est censé apporter aujourd’hui, notamment en ce qui concerne les images réalisées par les technologies dites innovantes, en particulier la réalité virtuelle (VR) et les vues à 360°.


Vendredi 12 avril 2019 :

  • Bernard LEBRUN, Ancien Grand Reporter, Service Enquêtes et Reportage – Desk Etranger – France 2, francetélévisions

Approches d’une démarche biographique autour de Raymond Depardon

  • Françoise DENOYELLE, Historienne de la photographie, professeur émérite à la Sorbonne.

Les 50 ans des Rencontres internationales de photographie à Arles. Histoire d’un festival

De 1970 à 2019, les Rencontres internationales de la photographie ont accueilli les photographes les plus connus de la planète dont beaucoup d’étrangers. Festival militant dans les premières années, il s’est vite imposé comme un marqueur de l’évolution de la photographie rassemblant autour des artistes et reporters, des conservateurs, historiens, bibliothécaires, galeristes, journalistes venus prendre des contacts et rencontrer des auteurs. Avec ses expositions, projections, colloques et workshops, il a su, en demeurant un festival généraliste, occuper la première place mondiale de ce genre d’événement typiquement français.

 

Vendredi 10 mai 2019 :

  • Sophie JEHEL

Maîtresse de conférences en SIC, Université Paris 8, chercheure au Cemti-Acmé, chercheure associée au Carism.

L’image au centre des politiques affectives des plateformes numériques et des stratégies émotionnelles des publics

 La place des images (photos et vidéos) dans la communication numérique et la diffusion des informations est devenue centrale avec le développement des plateformes numériques. Elle induit des bouleversements dans les pratiques journalistiques et médiatiques, mais aussi dans la réception des informations. À partir de plusieurs enquêtes menées auprès d’adolescents de milieux sociaux très différents, l’impact des politiques émotionnelles conduites par les GAFAM à travers leurs politiques de l’image sera interrogé à partir de la réception et des pratiques des publics adolescents. Conformément aux enseignements de la sociologie de la réception depuis les années 1950, nous savons que la réception diffère selon les contextes sociaux, culturels, et les positionnements politiques des publics. L’accélération de la vitesse de transmission des images, la transformation des internautes eux-mêmes en plateformes (Chantepie 2008), et en digital workers (Scholtz 2011, Casilli 2015, Smyrnaios 2017), la politique «affective » du web (Alloing et Pierre 2017) conduisent les publics adolescents à consolider des stratégies face à ces images qui sollicitent leur travail émotionnel (Hochschild 1983-2017). Ces stratégies faites d’adhésion, d’évitement, d’indifférence, ou de distanciation déterminent le visionnage, le partage, la diffusion des images sur lesdites plateformes.

  • Linda GARCIA d’ORNANO

Chargée des actions scientifiques, département de la médiation et des publics, pôle de conservation et de valorisation des archives. Historienne de la photographie, assistante de commissariat. Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD, Agence d’images de la Défense)

Les portraits de Francesca par Daniel Masclet : la part du modèle

Un corpus photographique, issu de la collection de Christian Bouqueret et conservé au Mnam-Centre Pompidou, sera étudié. Constitué des portraits réalisés par Daniel Masclet de son épouse Francesca et datés des années 1920 aux années 1960, il révèle un dispositif de prises de vues quasi identique sur plus de quarante années, en studio et éloigné des codes de la photographie de famille. Quelles furent les possibles motivations des protagonistes lors de ces innombrables séances de pose ? Relèvent-elles de l’obsession d’un photographe pour sa muse ? Ou bien, sont-elles les notes illustrées d’un photographe et théoricien du portrait ? À travers l’analyse de certaines caractéristiques de cette série et à la lumière des écrits de Daniel Masclet, nous montrerons que Francesca a joué un rôle déterminant dans l’élaboration de ces mises en scène, voire qu’elle en fut peut-être la première instigatrice.

  

Vendredi 7 juin 2019 :

  • Hélène BOCARD, Conservatrice en chef du patrimoine. Établissement public du Palais de la Porte Dorée.

La revue Le Point, publiée à Colmar de 1936 à 1962

  • Mathilde FALGUIÈRE, Conservatrice du patrimoine, responsable du département de la photographie. Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

Daniel Boudinet, le temps de la couleur

Disparu à l’âge de 45 ans, Daniel Boudinet (1945-1990), a été un acteur-clé du renouveau de la photographie à la fin des années 1970. Alors que le photojournalisme dominait, ses années de création coïncident avec la mise en place d’acteurs favorisant la photographie d’auteur : ouverture de départements dans les musées, émergence d’un marché, lancement de revues. Exposée au centre Georges Pompidou ou au Grand Palais, l’œuvre de Daniel Boudinet fût célébrée et commentée par Roland Barthes. Elle incarne un des trois aspects caractéristiques de ces
années : interrogations de notre « perception du monde » (Nuridsany 1977) ; exploration savante d’une création en couleur, jusque-là cantonnée aux usages publicitaires ou amateurs ; soin apporté à l’exposition de l’objet photographique, au-delà de l’image de presse.

 Cette communication fait écho à l’exposition organisée par le Jeu de Paume du 16 juin au 28 octobre 2018 (site du château de Tours), dont Mathilde Falguière est l’une des co-commissaires avec Christian Caujolle.

 

Vendredi 2 février 2018 :

    • Présentation du séminaire
  • Arnaud ROINÉ, rédacteur et photographe pour la presse quotidienne régionale à Ouest-France, ancien photographe officiel de la Présidence de la République (1998-2008), photographe puis chef des reporters à l’ECPAD (Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense), avec la participation de Lucie MORICEAU-CHASTAGNER, chargée des actions scientifiques à l’ECPAD. « Itinéraire d’un regard au service de l’État : Arnaud Roiné, photographe officiel de la Présidence (1998-2008) puis reporter à l’ECPAD (2008-2016) »

Aujourd’hui comme hier, les photographes aux armées posent leur regard sur l’actualité du fait militaire, en temps de guerre comme en temps de paix, sur le territoire métropolitain et outre-mer ou à l’étranger, et rapportent des milliers d’images aux usages divers : objet d’information, support de communication et document d’archives, dont une partie de la production et l’intégralité de la conservation sont assurées par l’ECPAD.

Cette production en service commandé, loin d’être linéaire et homogène, révèle des tempéraments, des personnalités et des parcours méconnus. Photographies officielles d’un ministère régalien, elles questionnent avec acuité l’objectivité et le statut de la photographie, au carrefour de la communication, de l’image-preuve et de la source historique à l’intérieur du langage institutionnel.

Au « bruit » des images dont les flux continus alimentent la communication actuelle résonne le « silence » des photographes, entité professionnelle singulière qui, sous l’uniforme, apparaît comme un tout générique. Pourquoi s’engagent-t-ils et que cherchent-ils en rejoignant les rangs des organismes d’informations et de communication de la Défense ?

L’intervention de ce jour propose de donner la parole à Arnaud Roiné. Investi dans le reportage documentaire, il expose régulièrement son travail et participe aux festivals de photographie (Visa pour l’image, Press’tival de Château-Gonthier, Barrobjectif).Il témoignera de son parcours et de son expérience au travers d’instants choisis en interrogeant la tension qui s’exerce entre indépendance du regard et commande photographique sous les drapeaux.

Vendredi 9 mars 2018 :

  • Claude MALÉCOT, Docteur en histoire, ancienne chef de projet aux éditions du Patrimoine/Monum. « Paul Nadar et l’exposition universelle de 1889 : le stand de la maison Nadar et les innovations mises en valeur »

Avec quatre prises de vues d’une remarquable qualité, Paul Nadar a gardé trace du stand conçu pour l’Exposition. Il y résume pour le grand public les avancées qu’il a opérées depuis l’Exposition photographique de Florence, en 1887, et les présentations faites aux professionnels devant la Société française de photographie. Une belle part est faite aux produits de la firme Eastman, mais bien de nouvelles pistes sont offertes par l’héritier de la maison Nadar, désireux d’en conforter la notoriété alors que le monde de la photographie évolue ; techniques, applications, utilisateurs. George Eastman ne manquera pas de venir croiser sur son stand l’unique représentant, en France, de ses appareils Kodak.

Vendredi 6 avril 2018 :

  • Lionel CHARRIER, rédacteur en chef photo du journal Libération et fondateur et ex-directeur de l’agence photo “Myop. Après avoir évoqué son expérience comme responsable du service photo d’un grand quotidien, Lionel Charrier abordera les principales problématiques liées au photojournalisme actuel.

  • Nadège ABADIE, photographe réalisatrice. « Écritures audiovisuelles : quand l’image s’étend »

Nadège Abadie, photographe réalisatrice, témoignera de son parcours et de son expérience afin de caractériser et de contextualiser la mise en œuvre de ces « Écritures audiovisuelles ». En tant que praticienne, elle définira les enjeux narratifs et photographiques de ces écritures, en dessinera les perspectives et les limites. En tant qu’enseignante à l’ENS Louis-Lumière, elle discutera de la mise en place de cet enseignement et de l’importance de sensibiliser à cette photographie étendue – expanded photography – précisant que celle-ci est une pratique à multiples facettes qui, par envie ou contrainte, déborde et tend à prendre quelque dimension supplémentaire.

Nadège Abadie, est photographe réalisatrice, membre de l’agence Signatures. Elle développe des projets qui allient photographies, sons, vidéos et textes, s’attachant à raconter des vies, des parcours, des trajectoires humaines. Elle travaille en commande pour la presse quotidienne et magazine. Ses travaux ont été exposés dans de nombreux festivals et en galeries. Après le succès de son court-métrage 32 boulevard de Magenta, elle réalise en 2017 son premier documentaire Le Point de rosée coproduit par De Films en Aiguille et France Télévisions. Elle prépare actuellement trois nouveaux documentaires : Des mots à la figure, Dans mon cœur la pluie et Karma Police. Elle est enseignante en Écritures audiovisuelles à l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière. http://nadegeabadie.fr.

Vendredi 4 mai 2018 :

  • François BORDES, Inspecteur général du patrimoine, chargé de mission au sein du collège archives de la direction générale des Patrimoines (DGPAT) du ministère de la Culture et de la Communication. Encyclopédie historique de la photographie à Toulouse (1914-1974) 

Après sa communication, en 2017, sur le premier volume de son Encyclopédie historique de la photographie à Toulouse consacré à la période 1839-1914, François Bordes présentera le deuxième volet qui porte sur la période suivante, 1914-1974.

(Extrait de la 4e de couverture) : De la Première Guerre mondiale aux Trente Glorieuses, l’histoire de la photographie toulousaine s’enrichit de nouvelles pages. Dans l’Entre-deux-guerres, et alors que les anciennes associations d’amateurs continuent leurs activités de formation et d’information, un nouveau groupement à vocation artistique voir le jour et connaît ses premiers succès : le « Cercle Photographique des XII ». Le métier de photographe évolue également, et les premiers photoreporters commencent à se faire un nom. Parmi eux, se détache la personnalité de Germaine Chaumel, dont les images, influencées par les courants modernes de la « nouvelle vision » et la nouvelle objectivité », témoignent aussi d’un réalisme poétique annonciateur de la photographie humaniste.

À sa suite, l’immédiate après-guerre voit naître le photographe auquel Toulouse va durablement s’identifier : Jean Dieuzaide. Reprenant les rênes du Cercle des XII, il s’y entoure de très bons amateurs et d’excellents professionnels qui présentent leurs œuvres sur les cimaises de nombreux salons nationaux ou internationaux. Soucieux de ne pas quitter sa ville et d’y représenter dignement l’art qu’il pratique, il y suscite la création, en 1974, de la première galerie municipale en France dédiée à la photographie.

 PROGRAMME « PH in situ »

 Vendredi 1er juin 2018 : Bibliothèque nationale de France, site Tolbiac.

 Visite de l’exposition « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire » à la Bibliothèque nationale de France, par Dominique VERSAVEL, conservatrice au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, chargée des collections photographiques du XXe siècle et co-commissaire.

 Comment s’est construite notre mémoire visuelle collective des événements de Mai 68 ? Selon quels processus certaines photographies, présentées comme documentaires, ont-elles atteint un statut d’icônes ? S’appuyant sur près de 200 pièces – tirages, planches-contact, magazines, ouvrages et documentaires audiovisuels – l’exposition présentée par la BnF fait l’histoire de certaines de ces images désormais célèbres de Mai 68 : elle revient sur leur trajectoire médiatique pour mettre en évidence les conditions de leur émergence culturelle dans la mémoire collective. En évoquant, en outre, des cas d’images n’ayant persisté dans les mémoires – images en couleur, photographies de la « nuit des barricades » – productions alternatives à la presse), l’exposition aborde l’élaboration médiatique et culturelle de la représentation de ces événements historiques.

 

PROGRAMME 2017 

Vendredi 20 JANVIER 2017, CARAN, Archives nationales Paris, Salle suspendue

  • Présentation du séminaire par Françoise Denoyelle.
  • « Paul Nadar en Terre Sainte, 1892 » par Claude Malécot  (Docteur en histoire, ancienne chef de projet aux éditions du Patrimoine/Monum).
  • «  Engagement individuel des photographes pour le patrimoine national. Le cas des livres de photographies dédiés à Gunkanjima » par Cécile Laly (Docteur en histoire de l’art. Université de Paris-Sorbonne).

Vendredi 24 FÉVRIER 2017 CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »

  • « Les photographies folkloriques de Pays de neige de Hiroshi Hayama à partir des collections de la BnF » par Yoko Tsuchiyama (Doctorante Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL), CNRS-EHESS (UMR 8566)).
  • « Immigrated pieces, un voyage dans l’archive et l’Histoire en Silésie » par Enrico Floriddia, (Artiste-chercheur, né en Sicile en 1984, études en Architectures, Lettres modernes et Histoire de l’Art à l’Università degli Studi di Catania en Italie, diplômé de l’ENS Louis-Lumière).

Vendredi 24 MARS 2017 CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »

  • « Portraits d’André Malraux (1904-1976). Le rôle des icônes, des photographies d’auteur, d’amateur et d’anonyme dans la construction du mythe » par Françoise Denoyelle.
  • «  L’introduction de la photographie dans la publicité en France (1927-1935) : réception et diffusion » par Mathilde Kiener (Doctorante au Centre de recherches sur les arts et le langage, CRAL-EHESS).

Vendredi 21 AVRIL 2017 CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »

  • Encyclopédie historique de la photographie à Toulouse (1839-1914) par François Bordes (Inspecteur général du patrimoine, chargé de mission au sein du collège archives de la direction générale des Patrimoines (DGPAT) du ministère de la Culture et de la Communication).
  • De l’image fixe à l’image animée (1820-1910). Actes des notaires de Paris pour servir à l’histoire des photographes et de la photographie par Marc Durand (Secrétaire de documentation, Département du Minutier central, Archives nationales, site de Paris).

Vendredi 2 JUIN 2017 CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »

  • « La Biennale internationale de la Photographie de Venise (1957-1965) par Francesca Dolzani (docteur en histoire de l’art de l’Université Ca’ Foscari de Venise).
  • « D’une image-monde à une image mondialiste (de la Seconde Guerre mondiale au XXIe siècle), persistance d’une propagande occidentale photographique érigée en modèle universel » par Véronique Figini-Veron.
  • Conclusion du séminaire par Véronique Figini-Veron.

PROGRAMME « PH in situ »

Vendredi 5 MAI 2017 : Site de PIERREFITTE-SUR-SEINE

  • « Genèse et aboutissement du projet des Archives nationales pour le Mois de la Photographie du Grand Paris 2017. Le fonds LAPIE (Les applications photographiques d’industrie et d’édition) et Mathieu Pernot » par Sandrine Bula (Conservateur en chef du patrimoine, Chargée de mission Photographie, Direction des fonds, Archives nationales).

PROGRAMME 2017 (Version détaillée)

Vendredi 20 JANVIER 2017, CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »

  • Présentation du séminaire par Françoise Denoyelle.
  • « Paul Nadar en Terre Sainte, 1892 » par Claude Malécot (Docteur en histoire, ancienne chef de projet aux éditions du Patrimoine/Monum).

Paul Nadar saisit l’occasion d’une commande, suivre l’inauguration du train Jaffa-Jérusalem, pour tester les derniers appareils détectives qu’il a conçus : l’Express Détective Nadar, avec lequel il a opéré au Turkestan l’année précédente, et son nouvel Express Détective Nadar stéréoscopique. Mais sans assurer cette fois la promotion des produits Kodak. Seront étudiés les conditions du voyage, de nouvelles identifications de clichés, les compagnons de route, les correspondances et récits croisés, et le suivi de la presse.

  • «  Engagement individuel des photographes pour le patrimoine national. Le cas des livres de photographies dédiés à Gunkanjima » par Cécile Lalyラリ・セシル (Docteur en histoire de l’art – 博士(美術史)Université de Paris-Sorbonne パリ・ソルボンヌ大学

La communication se concentrera sur les livres de photographies dédiés à l’île minière d’Hashima et publiés sous format papier aux xxe et xxie siècles. Hashima, aussi connue sous le nom de Gunkanjima, est une île située au sud du Japon près de Nagasaki. Elle a été classée Patrimoine mondial par l’UNESCO, en 2015, en tant que site représentant la révolution industrielle de Meiji. Ces livres présentent l’île lorsqu’elle était habitée, avec des photographies exécutées dans le courant des années 1950 (lorsque l’exploitation de la mine était à son apogée et la densité de la population hors normes – 835 habitants par hectare) et au début des années 1970 (juste avant que la mine et l’île ne soient fermées), puis lorsqu’elle fût désertée, avec des clichés de ruines pris ponctuellement depuis le milieu des années 1980. Une étude mettant en avant le décalage entre les dates de prises de vues et les dates de publication permettra de montrer l’engagement individuel des photographes pour soutenir la candidature du Japon auprès de l’UNESCO.

Liste des livres de photographie étudiés

  • Kobayashi Shinichirō, No Man’s Land, Gunkanjima, éd. Kōdansha, Tokyo, 2004
  • Minagawa Takashi, Gunkanjima de cette époque-là. J’entends encore la voix des anciens habitants (ano koro no gunkanjima, ima       mo hitobito no koe ga kikoeru), éd. Sangyō Henshū Center, Tokyo, 2013
  • Ōhashi Hiroshi, Jeunesse de Gunkanjima 1972 (1972, seishun, gunkanjima), éd. Shinjuku Shobō, Tokyo, 2010
  • Saiga Yūji, Gunkanjima: Awakening of a Dead Island, éd. Tankōsha, Kyoto, 2003
  • Saiga Yūji, La voie de la lune (tsuki no michi), éd. Shinchōsha, Tokyo, 1993
  • Saiga Yūji, Sunouchi Tōru, Gunkanjima : paysages d’une île abandonnée (Gunkanjima, suterareta shima no fūkei), éd.   Shinchōsha, Tokyo, 1986
  • Sakai Tōru, Siècle du futur : Gunkanjima (mirai seiki, gunkanjima), éd. Million, Tokyo, 2014
  • Takushima Shōji : Gunkanjima 1974 – Quand les gens quittent l’île sans verdure (Takushima shōji sakuhin ten, midori nabi shima wo saru hitobito sono toki, gunkanjima 1974), JCII Photo Salon, Tokyo, 1er — 27 avril 2014

Vendredi 24 FÉVRIER 2017

  • « Les photographies folkloriques de Pays de neige de Hiroshi Hayama à partir des collections de la BnF » par Yoko Tsuchiyama (Doctorante Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL), CNRS-EHESS (UMR 8566)).

Premier membre japonais de Magnum depuis 1960, Hiroshi Hamaya (1915–1999) est connu comme photographe international. Les tirages choisis pour la collection de la BnF, en 1973, appartiennent à la série de Yukiguni (Pays de neige) qu’il a réalisée à Kuwatoridani, village de la préfecture de Niigata depuis la fin des années 1930. Sous l’influence des folkloristes, il emploie la photographie pour se documenter et étudier la vie des hommes. Ensuite, il réalise des reportages à la campagne du côté de la mer du Japon, Uranihon (l’arrière pays), comme contraste par rapport à la vie urbaine de Tôkyô. Ses travaux, d’abord publiés dans les revues japonaises des années 1950, sont ensuite édités sous forme de livres, entre 1956 et 1957. Une des photographies de Niigata a été retenue pour l’exposition The Family of Man du MoMA en 1955.

L’universalité des œuvres d’Hiroshi Hamaya sera étudiée à partir des tirages originaux de la collection de la BnF, en soulignant le contexte historique et culturel du Japon, entre les années 1930 et 1950.

  • « Immigrated pieces, un voyage dans l’archive et l’Histoire en Silésie » par Enrico Floriddia, (Artiste-chercheur, né en Sicile en 1984, études en Architectures, Lettres modernes et Histoire de l’Art à l’Università degli Studi di Catania en Italie, diplômé de l’ENS Louis-Lumière, 2012). En 2014, participe au tour européen du projet de bibliothèque itinérante Zines of the zone. Artiste en résidence à Wrocław, Capitale Européenne de la Culture 2016, avec le projet Immigrated pieces.

Les protagonistes du livre sont neufs objets conservés à Wrocław. Ils ont en commun le fait d’avoir été déplacés autour de la Seconde Guerre mondiale, étant volés, falsifiés, cassés, appropriés, exploités ou éradiqués. Leur histoire raconte aussi l’histoire des gens de Silésie, leurs pérégrinations, leurs difficultés, leur passé partagé.

Je me suis rendu dans tous les lieux où ces histoires se sont déroulées, en Pologne comme en Ukraine ou en Italie. J’ai photographié, j’ai récolté documents et témoignages : les strates se superposent, l’Histoire se complique, les versions se contredisent. Immigrated pieces raconte ces histoires dans un dialogue que j’entretiens avec la jeune ville de Wrocław entourée par ses souvenirs centenaires.

Vendredi 24 MARS 2017 :

  • « Portraits de Malraux » par Françoise Denoyelle.

Pendant cinquante ans, André Malraux a entretenu des rapports privilégiés avec les photographes. Si Albert Harlingue, Roger Parry, Philippe Halsmann, Inge Morath, Maurice Jarnoux, Boris Lipnitzki, Henri Cartier-Bresson, Raymond Depardon, Jean Mounicq, Gilles Caron, Eve Arnold, Jean-Régis Roustang l’ont photographié, Gisèle Freund, Germaine Krull, Chim et Raymond Maréchal participèrent à la construction du mythe malrucien du révolutionnaire, de l’écrivain, de l’antifasciste, du « coronel » de l’escadrille España, du colonel Berger de la brigade Alsace Lorraine, du ministre de l’Information, du ministre chargé des affaires culturelles.

  • «  L’introduction de la photographie dans la publicité en France (1927-1935) : réception et diffusion » par Mathilde Kiener (doctorante au Centre de recherches sur les arts et le langage, CRAL-EHESS).

L’introduction de la photographie dans la publicité en France est l’une des manifestations des mutations du statut de l’image dans les années 1920. Récurrente depuis le début du siècle, la question des rôles respectifs du texte et de l’illustration dans la publicité est amplifiée et modifiée dans l’entre-deux-guerres par l’usage de l’image argentique. Ce dernier fait partie d’un processus plus global : la médiatisation de la photographie, son utilisation au sein de la presse et de l’édition, c’est-à-dire son entrée dans la culture de masse.

Les revues spécialisées de cette période, dans le domaine des arts graphiques ou de la publicité, tels les magazines Arts et métiers Graphiques, Vendre, et La Publicité, témoignent d’une progressive reconnaissance par les professionnels publicitaires de l’image argentique et de ses hybridations, souvent liée à de nouvelles conceptions de la typographie et de la page imprimée. Leur examen permet d’élaborer les débuts d’une histoire de la réception de la photographie publicitaire, dans un contexte national mais aussi international, au travers de questionnements rencontrés à la même époque pour des pratiques non commerciales.

La presse illustrée, en pleine expansion dans l’entre-deux-guerres, est l’un des supports privilégiés de la publicité. Dresser l’inventaire exhaustif des publicités parues dans Vu, publication emblématique de cette période, permet d’interroger les modalités d’usage de la photographie publicitaire et d’observer l’évolution dans la presse des places respectives de l’annonce-texte, de l’illustration au trait et de la photographie publicitaire.

Vendredi 21 AVRIL 2017 :

  • Encyclopédie historique de la photographie à Toulouse (1839-1914) par François Bordes (Inspecteur général du patrimoine, chargé de mission au sein du collège archives de la DGPAT du ministère de la Culture et de la Communication).

Cette publication présente une double entrée, historique et documentaire. Elle narre d’une part les grandes étapes de l’histoire de la photographie toulousaine, ses grands noms, et les thématiques fortes de sa production, et rassemble d’autre part, sous forme de dictionnaire, l’ensemble des données collectées sur les praticiens locaux de la photographie. Par ce dernier aspect, elle se veut être un instrument de travail pour tous les centres de documentation conservant des photographies anciennes, utile en particulier pour préciser des fourchettes chronologiques pour les documents qu’elles traitent.

  • De l’image fixe à l’image animée (1820-1910). Actes des notaires de Paris pour servir à l’histoire des photographes et de la photographie par Marc Durand (Secrétaire de documentation, Département du Minutier central, Archives nationales, site de Paris).

Dès 1998, Marc Durand propose un ouvrage sur l’histoire de la photographie à travers le prisme des archives notariales. L’élaboration, la mise en œuvre et la réalisation de ce travail de recherche effectué au sein du département du Minutier central des notaires de Paris, mais également au sein d’autres départements des Archives nationales ou départementales (Archives de Paris) seront mis en exergue.

Tant dans la finalisation de la liste des photographes que dans la mise à disposition d’une riche iconographie, l’ouvrage résulte aussi d’une mobilisation des ressources de plusieurs institutions publiques (département des Estampes et de la Photographie de la BnF, musée d’Orsay, médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAP), Cinémathèque française, Institut Lumière à Lyon, BHVP, la Parisienne de Photographie). En complément, la Fondation Pathé, les archives Gaumont et de nombreux descendants ont été sollicités.

Vendredi 2 JUIN 2017 : 

  • « La Biennale internationale de la Photographie de Venise (1957-1965) par Francesca Dolzani (Docteur en histoire de l’art de l’Université Ca’ Foscari de Venise).

À partir des années 1950, une saison de grandes expositions photographiques s’ouvre en Europe. Les cinq éditions de la Biennale Internationale de la Photographie de Venise, dirigées par Romeo Martinez, entre 1957 et 1965, se réfèrent explicitement à la tradition de l’Exposition Internationale d’Art (fondée en 1895) et du Festival international de Cinéma (créé en 1932). Sans entretenir de lien direct avec l’industrie photographique, à la différence de la Photokina ou de la Biennale de Paris de 1955, l’objectif de la Biennale vénitienne est de créer, dans le champ de la photographie, un dispositif capable de mettre en valeur la singularité de chaque photographe invité, dans une dimension exclusivement culturelle et artistique. Le but est alors pour la photographie de trouver, à l’exemple du cinéma, un équilibre entre la dimension technique, qui permet d’atteindre les masses, et un statut reconnu de création à part entière.

  • « D’une image-monde à une image mondialiste (de la Seconde Guerre mondiale au XXIe siècle), persistance d’une propagande photographique occidentale érigée en modèle universel » par Véronique Figini-Veron. 

Alors que la photographie humaniste, à forte identité nationale, est souvent appréhendée comme un référentiel iconographique pour figurer la France d’après guerre, ne constitue-t-elle pas en réalité un modèle transnational, voire international, encouragé et diffusé par des organismes internationaux tels l’Unesco ou la Fédération internationale de l’art photographique (FIAP), eux-mêmes irrigués par une industrie photographique (Kodak) soucieuse de développer son essor économique au niveau mondial ? À partir du fonds Roméo Martinez (Cnap) et des publications de l’Unesco, la question de la photographie humaniste comme image-monde et du rôle d’organismes à caractère international comme commanditaires et diffuseurs d’une propagande visuelle occidentale, est posée. Aujourd’hui, au XXIe siècle, une image mondialiste n’a-t-elle pas remplacée cette image-monde ? Dans sa quintessence, la représentation du monde actuel n’est-elle pas finalement l’apanage de pratiques plasticiennes qui, sous couvert de démocratisation de l’art, constituent des vecteurs de diffusion additionnels propagandistes et maintiennent le primat d’un modèle occidental bâti au XXe siècle ?

  • Conclusion du séminaire par Véronique Figini-Veron.

 PROGRAMME « PH in situ »

Vendredi 5 MAI 2017 :

  • « Genèse et aboutissement du projet des Archives nationales pour le Mois de la Photographie du Grand Paris 2017. Le fonds LAPIE (Les applications photographiques d’industrie et d’édition) et Mathieu Pernot » par Sandrine Bula (Conservateur en chef du patrimoine, Chargée de mission Photographie, Direction des fonds, Archives nationales).

L’intervention retracera la genèse et l’aboutissement du projet des Archives nationales pour le Mois de la Photo du Grand Paris de 2017. À cette occasion sont en effet exposées pour la première fois des photographies aériennes issues du fonds LAPIE (Les applications photographiques d’industrie et d’édition) conservé par l’institution. Les avions de l’entreprise LAPIE, depuis les années 1950 jusqu’au début de la décennie suivante, sillonnèrent le territoire français, engrangeant des milliers de clichés destinés à la production de documentation pédagogique et surtout de cartes postales, accompagnant ainsi l’essor du tourisme de masse et donnant à voir une France en mutation, juxtaposant exploitations agricoles traditionnelles, industries anciennes et infrastructures innovantes, sur fond d’urbanisation accélérée. Pour cette manifestation, le photographe Mathieu Pernot a réalisé, à partir du fonds, une œuvre originale conçue comme un dialogue entre les images exposées sur les deux sites, à Pierrefitte-sur-Seine et dans la cour d’honneur de l’hôtel de Soubise.

PROGRAMME 2016 (23e année)

  • 3 LIEUX
  1. Archives nationales, site de PARIS, CARAN, « Salle suspendue » dans le hall d’entrée, 11, rue des quatre fils, 75003 Paris.
  1. Centre national des Arts plastiques, CNAP, Site esplanade (Accès uniquement piétons), 73, Esplanade Charles de Gaulle, 92911 Paris La Défense. (RER A : La Défense ou Ligne 1 : terminus) http://www.cnap.fr/sites/default/files/article/4633_acces_cnap_tour_atlantique_-         _esplanade_0.pdf
  1. Mairie de Paris, Hôtel de Ville, 5, rue Lobau, 75004 Paris.
  • HORAIRES : Les séances au CARAN ont lieu de 10h00 à 12h00. (Les horaires des visites d’expositions et de collections ne sont pas encore connus).

Résumé du programme (version détaillée à la suite)

« PH in situ » : Pour la 23e année du séminaire, trois présentations sont organisées in situ

  • L’exposition « Le Front populaire vu par les photographes » (Mairie de Paris, Hôtel de Ville), mardi 31 mai 2016 à 17h00.
  • La collection du Centre national des Arts plastiques (CNAP, La Défense), vendredi 14 octobre 2016, de 10h00 à 12h30.
  • Le fonds Roméo Martinez au Centre national des Arts plastiques (CNAP, La Défense), vendredi 14 octobre 2016, de 10h00 à 12h30.

« PH au Caran » :

  1. Jeudi 28 JANVIER 2016 : CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue » 
  • Présentation du séminaire par Françoise Denoyelle.
  • « L’atelier de Nadar et les émaux photographiques à partir de l’exemple de George Sand » par Claude Malécot (Docteur en histoire, ancienne chef de projet aux éditions du Patrimoine/Monum).
  • « L’invention d’un paysage autoroutier français, la photothèque de la Direction des Routes (1986-1999) » par Raphaële Bertho (Maîtresse de conférences, IUT François Rabelais Tours, laboratoire INTRU, carnet de recherches : Territoire des images)

2       Jeudi 18 FÉVRIER 2016 : CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »

  • « Nicolas Yantchevsky, enquête sur un photographe de l’ombre » par Dominique Versavel (conservateur au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, chargée des collections photographiques du XXe siècle).
  • « Photographes hongrois connus et méconnus à Paris, entre 1919 et 1939. Groupes et réseaux professionnels au sein de la presse illustrée » par Virag Boroczfy (Doctorante en histoire de la photographie ED Arts&Medias Université Sorbonne Nouvelle Paris 3).
  1. Vendredi 18 MARS 2016 :  CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »
  • « Le magazine Du » par Bernard Lebrun (Grand Reporter, Service Enquêtes et Reportage – Desk Etranger – France 2, francetélévisions).
  • « Les années 1980. L’insoutenable légèreté. Photographie/Film » par Karolina Lewandowska (conservatrice au cabinet de la Photographie du musée national d’Art moderne – Centre Pompidou). Exposition du 24 février au 23 mai 2016.
  1. Vendredi 15 AVRIL 2016 : CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »
  • « Le champ photographique de la France de la croissance (1945-1975). Du nationalisme au mondialisme » par Guillaume Blanc (Doctorant en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chargé d’études et de recherche à l’INHA).
  • « Recherche sur la narration de l’exposition The Family of Man et sur sa perception par le spectateur » par Yoko Tsuchiyama (Doctorante Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL), CNRS-EHESS (UMR 8566)).
  • Vendredi 20 MAI 2016 : CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »
  • « La photographie d’Edgard Imbert à Madagascar (1900-1914) : Entre regard militaire et mémoire de voyage » par Lucie Moriceau (chargée d’études documentaires au pôle archives de l’ECPAD Établissement de Communication et de Production audiovisuelle de la Défense -, responsable des fonds privés) et Aline Muller (étudiante en master 2 à l’École du Louvre sous la direction de Dominique de Font-Réaulx).          
  • « Le village d’Erbalunga au temps de la Libération de la Corse 1943-1944 à travers l’album de photos du Capitaine de Mareuil, témoignages sur les lieux, les habitants et le rôle du 49e Goum » par Véronique Antomarchi (Prag, Université Paris Descartes, chercheure affiliée au CERLOM-INALCO et associée au CANTHEL (Paris Descartes). En présence de la famille du Capitaine de Mareuil.

6       Vendredi 10 JUIN 2016 : CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »

  • « Un atelier de photographie familial dans le Paris de l’après-guerre : l’entreprise des frères Séeberger, seconde génération (1940-1977) » par Maureen Huault (Documentaliste au sein du pôle Images du Centre des monuments nationaux). En présence de la famille Séeberger.
  • « Photographies de mode et représentation du patrimoine des fonds photographiques de la BnF » par Muriel Berthou-Crestey (lauréate de la bourse Roederer 2014-2015).
  • Conclusion du séminaire par Véronique Figini-Véron.

PROGRAMME 2016 « PH in situ » (version détaillée)

  • Exposer le Front populaire. La vision des photographes indépendants (Chim, Capa, Henri Cartier-Bresson, Ronis, Cerf, Stein,…) et des photographes d’agences (Roger-Viollet, Keystone, Rol, Mondial, Meurisse, Agip, …). Visite de l’exposition « Le Front populaire vu par les photographes », à l’Hôtel de Ville de Paris, par Françoise Denoyelle, historienne de la photographie, professeur émérite à l’ENS Louis-Lumière, expert en photographie et commissaire de l’exposition, mardi 31 mai 2016 à 17h00.
  • Présentation de la collection du Centre national des Arts plastiques (CNAP, La Défense) par Aude Bodet, directrice du Pôle Collection, et par Pascal Beausse, responsable de la collection photographie, vendredi 14 octobre 2016 de 10h00 à 12h30.
  • Le fonds photographique « Roméo Martinez » au Centre national des Arts plastiques (CNAP, Le Défense), vendredi 14 octobre 2016 de 10h00 à 12h30.

            Éditeur et collectionneur, rédacteur en chef (1953-1965) puis co-rédacteur (1966-1974) de la  revue internationale Camera ; responsable de l’organisation de la Biennale internationale de la Photographie à Venise (1957-1965), grand témoin et acteur de la vie photographique des années 1950 aux années 1980, Roméo Martinez (1911-1990) est une des figures marquantes de l’histoire de la photographie de la seconde moitié du XXe siècle dont le parcours est largement méconnu.

Véronique Figini- Veron présentera les résultats de ses travaux effectués dans le cadre de la première convention de partenariat recherche entre le CNAP et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en collaboration avec le CHS du XXe siècle. Plus qu’une approche biographique, les problématiques liées à la présence d’un fonds à dominante photo-journalistique dans une collection d’art contemporain ainsi que la vision universelle, voire universaliste, proposée par Roméo Martinez à travers près de 3000 photographies réalisées par plus de 220 photographes français et internationaux, serviront de fils conducteurs à cette présentation.

PROGRAMME 2016 « PH au Caran » (version détaillée)

  1. Jeudi 28 JANVIER 2016 :
  • Présentation du séminaire par Françoise Denoyelle.
  • « L’atelier de Nadar et les émaux photographiques à partir de l’exemple de George Sand » par Claude Malécot (Docteur en histoire, ancienne chef de projet aux éditions du Patrimoine/Monum).
  • « L’invention d’un paysage autoroutier français, la photothèque de la Direction des Routes (1986-1999) » par Raphaële Bertho (Maîtresse de conférences, IUT François Rabelais Tours, laboratoire INTRU, carnet de recherches: Territoire des images)

Portée aux nues au début du XXe siècle, symbole indéniable d’un progrès en marche, l’autoroute ne semble pas avoir tenu ses promesses. Dès les années 1980 la « méta-route », victoire de l’homme sur l’espace et sur le temps, est devenue l’emblème de la « non-route » (Dagognet, 1996) qui allie la vitesse et la violence. Pris dans l’étau des représentations, les institutions publiques françaises tentent de réconcilier l’image de puissance avec l’expérience sensible des territoires, en traçant une troisième voie   paysagère. Ce parti pris est soutenu par une politique de communication visuelle dont témoigne aujourd’hui le fonds de la photothèque de la Direction des Routes constitué entre 1986 et 1999 et qui rassemble aujourd’hui un ensemble d’environ 19 000 images. Durant ses quinze années d’existence, l’activité de cette photothèque est aussi prolifique que confidentielle. Largement dotée financièrement, rassemblant les travaux de photographes professionnels et d’agents du service, portant sur une grande partie du réseau autoroutier français, elle reste néanmoins prioritairement au service des besoins        internes de la Direction des Routes. L’étude de ce fonds est l’occasion de revenir sur une période  récente de l’histoire de routes et des autoroutes françaises marquée du sceau du paysage. Entendue sous l’angle culturel, la question paysagère se pose à l’époque comme une question avant tout visuelle. La photographie a donc pour charge de participer à l’invention d’un paysage, celui des autoroutes.

  1. Jeudi 18 FÉVRIER 2016
  • « Nicolas Yantchevsky, enquête sur un photographe de l’ombre » par Dominique Versavel (conservateur au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, chargée des collections photographiques du XXe siècle).

Peu, voire pas connu, Nicolas Yantchevsky, photographe français d’origine russe, a pourtant marqué le paysage visuel des années cinquante en réalisant une vingtaine de couvertures photographiques de romans policiers, de Georges Simenon et d’Auguste Le Breton, parus aux Presses de la Cité. Largement héritières du réalisme poétique en cours depuis les années trente, ses vues – notamment nocturnes – de Paris s’inscrivent dans la lignée du Paris de nuit de Brassaï, et s’apparentent au regard porté sur la ville par ses contemporains Marcel Bovis, Pierre Jahan ou René-Jacques. Contrairement à eux, Yantchevsky n’appartient à aucun cercle professionnel ; il est uniquement épaulé par un ami et complice, André Loupoff, avec qui il échafaude des rêves de reconnaissance éditoriale : c’est avec lui, en effet, qu’il rencontre Jean Cocteau, à qui il présente un portfolio de vues nocturnes et poétiques de Paris. Ce projet restera inédit, malgré l’enthousiasme sincère de l’écrivain, qui projette dans ces photographies son univers lyrique et merveilleux. Un don de tirages et d’archives fait par sa fille à la BnF en 2013-2015, nous permet de découvrir le parcours et le regard de Nicolas Yantchevsky et la manière dont sa production photographique évolue parmi les influences littéraires (roman noir), poétiques et visuelles de son époque.

  • « Photographes hongrois connus et méconnus à Paris entre 1919 et 1939. Groupes et réseaux professionnels au sein de la presse illustrée » par Virag Boroczfy (Doctorante en histoire de la photographie ED Arts&Medias Université Sorbonne Nouvelle Paris 3).

Dans le cadre de sa recherche doctorale, Virag Boroczfy cherche à identifier les photographes hongrois installés dans la capitale française dans la période de l’entre-deux-guerres et à retracer à la fois leurs réseaux professionnels et le circuit de leurs images  publiées dans les livres et dans la presse de l’époque. Circulant au sein des grands magazines illustrés et artistiques français ou étrangers, les clichés de ces photographes sont largement présents dans la visualité photographique des années 1920 et 1930. Néanmoins, à l’exception de quelques figures comme André Kertész, Brassaï ou Robert Capa, les auteurs des images restent souvent méconnus.

  1. Vendredi 18 MARS 2016 :
  • « Le magazine Du » par Bernard Lebrun (Grand Reporter, Service Enquêtes et Reportage – Desk Etranger – France 2, francetélévisions).
  • « Les années 1980. L’insoutenable légèreté. Photographie/Film » par Karolina Lewandowska (conservatrice au cabinet de la Photographie du musée national d’Art moderne – Centre Pompidou). Exposition du 24 février au 23 mai 2016.

Hétérogènes, insaisissables, douloureuses, fantasques, encore trop proches, aussi légères que graves, les années 1980 sont contrastées et paradoxales. Avec des films et des photographies issus de ses collections, le Centre Pompidou propose une nouvelle traversée de cette décennie. L’exposition réunit plus d’une vingtaine d’artistes et une soixantaine d’œuvres dans un parcours inédit.

  1. Vendredi 15 AVRIL 2016: 
  • « Recherche sur la narration de l’exposition The Family of Man et sur sa perception par le spectateur » par Yoko Tsuchiyama (Doctorante Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL), CNRS-EHESS (UMR 8566)).

L’exposition photographique The Family of Man organisée par Edward Steichen (1879-1973) au MoMA à New York, en 1955, est une installation expérimentale. Elle guide le   spectateur grâce au récit visuel sur l’humanité composé de photographies documentaires. Cette exposition a été présentée au monde entier, des années 1950 au milieu des années 1960, et a connu un grand succès. En même temps, elle a été critiquée comme propagande pendant la Guerre froide. Cependant, avec les idées humanistes de Steichen, le récit qui raconte un avenir positif pour l’humanité destiné au spectateur, est encore valable aujourd’hui. Aujourd’hui, The Family of Man est montrée comme exposition permanente   au Luxembourg.

Notre recherche vise à montrer comment les photographies sont mises en récit dans  l’exposition et quelle communication est créée avec les visiteurs placés dans divers     contextes. Nous soulignerons que l’exposition n’est pas un outil de la communication de masse, mais qu’elle fonctionne à travers la perception individuelle du chaque spectateur.       Chacun peut l’interpréter de son point de vue, parce que cette exposition représente une forme de communication de la société démocratique.

  • « Le champ photographique de la France de la croissance (1945-1975). Du nationalisme au mondialisme » par Guillaume Blanc (Doctorant en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chargé d’études et de recherche à l’INHA).

Agissant comme un miroir de la politique étrangère contemporaine, le champ        photographique de la France de la croissance (1945-1975) voit considérablement diminuer  l’étanchéité de ses frontières. En étudiant d’abord les conditions qui permettent la résonnance du politique dans le champ, nous montrerons ensuite comment le devenir politique du pays produit son impermanence. Considérant les images produites, nous chercherons à  comprendre comment à différents régimes de production, de circulation et de réception des  images correspondent différents régimes d’ouverture à l’international.

5       Vendredi 20 MAI 2016 :

  • « La photographie d’Edgard Imbert à Madagascar (1900-1914) : Entre regard militaire et mémoire de voyage » par Lucie Moriceau (chargée d’études documentaires au pôle archives de l’ECPAD Établissement de Communication et de Production audiovisuelle de la Défense -, responsable des fonds privés) et Aline Muller (étudiante en master 2 à l’École du Louvre sous la direction de Dominique de Font-Réaulx).

            L’étude du fonds Imbert conservé à l’ECPAD permet de retracer une époque, celle de la colonisation française saisie par deux militaires photographes, Edgard Imbert (1873-1915) et  Jules Imbert (1877-1962). À travers des missions qui les menèrent en Algérie, à Madagascar ou encore au Tonkin, les frères Imbert pratiquent intensément la photographie et laissent derrière eux de nombreux albums et négatifs, qui constituent un véritable fonds d’atelier de près de 14 000 pièces. Ce fonds, acquis par l’ECPAD en 1993, a connu plusieurs campagnes  de travaux mais son inventaire demeure inachevé. Seule une portion minime du corpus est numérisée ce qui le rend, encore aujourd’hui, peu accessible au public. Afin de reprendre le traitement archivistique de ce fonds, une première phase de travail sur les dix-huit albums réalisés par Edgard Imbert à Madagascar entre 1900 et 1914, a été menée par Aline Muller, en 2015.

La communication permettra de présenter à la fois la méthode de classement envisagée pour  ce fonds complexe et les découvertes réalisées dans les dix-huit albums confectionnés par le photographe. Sous les ordres du colonel Hubert Lyautey, Edgard Imbert réalise des images qui rendent compte de la vie militaire aux colonies, mais témoignent surtout d’une ambition artistique affirmée, puisant aux sources de la peinture et du courant pictorialiste.

  • « Le village d’Erbalunga au temps de la Libération de la Corse 1943-1944 à travers l’album de photos du Capitaine de Mareuil, témoignages sur les lieux, les habitants et le rôle du 49e Goum » par Véronique Antomarchi (Prag, Université Paris Descartes, chercheure affiliée au CERLOM-INALCO et associée au CANTHEL (Paris Descartes).          

La découverte de cet album de photos consacré à la Libération de la Corse (1943-1944) et   réalisé par le capitaine du 49e Goum, Guy de Mareuil, s’est faite dans le cadre du Séminaire   photographie et histoire, lors de la présentation des fonds privés de l’ECPAD par Lucie  Moriceau  (2014). Elle illustre les échanges fructueux entre chercheurs et conservateurs de fonds   photographiques à l’occasion de ce séminaire.

Cette communication repose sur une présentation des lieux et des personnes figurant dans cet album. Elle s’appuie également sur des témoignages et sur des documents d’archives. Elle permettra de mettre en lumière une histoire relativement méconnue : la Libération du premier département français, en octobre 1944, et le rôle des troupes marocaines. Le corpus  photographique montre aussi les liens tissés entre population civile et officiers, et révèle la place importante des loisirs (bains de mer et de soleil, pratique du kayak, pique nique). Enfin, nous nous interrogerons sur la valorisation d’un tel document pour l’histoire locale et sur les modalités de sa diffusion auprès des habitants.

6       Vendredi 10 JUIN 2016 : 

  • « Un atelier de photographie familial dans le Paris de l’après-guerre : l’entreprise des frères Séeberger, seconde génération (1940-1977) » par Maureen Huault (Documentaliste au sein du pôle Images du Centre des monuments nationaux).

Héritiers d’une génération qui avait fait la réputation de leur nom, Jean (1910-1979) et Albert (1914-1999) Séeberger reprennent à leur compte en 1940 l’activité familiale de photographie  de mode fondée depuis 1906 par leurs aînés. Alors que leurs père et oncles se retirent progressivement de l’affaire après plus de trente années passées à immortaliser les toilettes des belles élégantes, les deux frères font désormais face à une réinvention complète de leur métier. Passant des prises de vue en extérieur à celles du studio, des femmes de la société à  des modèles professionnels, de la haute couture au prêt-à-porter, l’établissement familial prospère au cœur d’un siècle secoué de mutations économiques, sociales et historiques. Entre survivance, épanouissement, et déclin progressif, la vie du studio photographique des frères Séeberger, devenu une véritable entreprise artisanale, constitue en effet un exemple symptomatique de l’ « âge d’or » que connaît alors la France durant les Trente Glorieuses, jusqu’au choc de la crise et la fermeture de l’atelier dans les années 1970.

  • « Photographie de mode et patrimoine. Une étude à partir des fonds de la Bibliothèque Nationale de France » par Muriel Berthou-Crestey (lauréate de la bourse Roederer 2014-2015).

L’étude des représentations du patrimoine dans la photographie de mode des années 1950  concerne les fonds « Ph. Pottier » et « Frères Séeberger 2ème génération » versés en exclusivité au Département des Estampes et de la photographie de la BnF entre 1943 et 1975. Les enjeux ont trait à des questionnements à la fois techniques et matériels, mais aussi sociétaux,  anthropologiques, économiques. Dans les années 1950, les supports médiatiques constituent l’un des moyens de diffusion majeure pour la photographie. Les évolutions techniques avec l’utilisation du rolleiflex et du flash qui permet les prises de vue en lumière artificielle et le développement de nouvelles méthodes d’impression ont contribué à la métamorphose de la photographie de mode. Les styles des photographes du groupe des XV témoignent des bouleversements de la Haute couture d’abord induits par Christian Dior, Cristobal Balenciaga, Jeanne Lanvin, Pierre Balmain ou Jean Dessès.

Des méthodes mixtes de recherche ont privilégié deux axes d’approches complémentaires :  d’une part, une expertise scientifique et d’autre part, une diffusion auprès du grand public. Parallèlement à la recherche fondamentale et aux analyses d’images (consultation des tirages  et des dossiers), un travail préparatoire a été effectué pour la numérisation et l’importation des visuels dans Gallica. La présentation reviendra sur les étapes constitutives de cette recherche et ses évolutions prospectives.

PROGRAMME  2015 (22e édition)     

« PH in situ » : Pour sa 22e année d’existence, en plus de visites d’expositions et de collections parisiennes (2015 : BnF, BHVP),  le séminaire étend sa programmation « hors les murs » à l’ensemble du territoire national. En 2015, il sera reçu par Jean-Marie Linsolas, directeur des Archives départementales de la Nièvre.

Un grand nombre de responsables institutionnels de fonds photographiques publics, principalement des conservateurs, des chargés documentaires, des chefs de projets ou des bibliothécaires, fréquente ce séminaire. Parmi eux figurent Michel Quétin, Sandrine Bula et Marie-Ève Bouillon des Archives nationales (AN); Thérèse Blondet-Bisch de la Bibliothèque de Documentation internationale contemporaine (BDIC) ; Claude Malécot de la Caisse nationale des Monuments historiques et des Sites (CNMHS, actuel Centre des Monuments Nationaux –CMN) ; Liza Daum de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP) ; Catherine Tambrun du musée Carnavalet. Gérard Monnier, professeur émérite à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, est également un auditeur régulier. En 2014, des visites d’archives visuelles et de collections ont eu lieu aux Archives nationales de Pierreffitte-sur-Seine et, à la photothèque et vidéothèque du ministère de la Défense (ECPAD, Fort d’Ivry).  

  • QUATRE LIEUX :
  1.  Archives nationales, site de PARIS, CARAN, « Salle suspendue » dans le hall d’entrée. 11, rue des quatre fils, 75003 Paris.
  2.  Bibliothèque nationale de France (BnF) – François-Mitterrand, Quai François-Mauriac, 75013 Paris.
  3. Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP), 24 rue Pavée 75004 Paris.
  4. Archives départementales de la Nièvre. 1, rue Charles Roy. 58 000 Nevers. http://archives.cg58.fr/?id=acces_et_contact
  • HORAIRE : de 10h00 à 12h00, sauf journée du mardi 24 mars 2015.
  • L’accès au séminaire est soumis à autorisation. Il doit faire l’objet d’une demande au préalable.
  • PROGRAMME Version synthétique :

 1. Vendredi 16 JANVIER 2015 : « PH in situ. Paris » : Bibliothèque nationale de France – François-Mitterrand

  • « Visite de l’exposition Alix Cléo Roubaud. Photographies. Quinze minutes au rythme de la respiration » par Dominique Versavel (conservateur au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, chargée des collections photographiques du XXe siècle)

2. Vendredi 6 FÉVRIER 2015 :  CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue.

Présentation du séminaire par le professeur Françoise Denoyelle.

  • « Raymond Depardon, photographies d’un appelé dans le fonds Terre Air Mer Magazine conservé à l’ECPAD » par Lucie Moriceau (chargée d’études documentaires au pôle archives de l’ECPAD – Établissement de Communication et de Production audiovisuelle de la Défense -, responsable des fonds privés) et Xavier Sené (conservateur à l’ECPAD).
  • « Inventaire des collections photographiques de la Première Guerre mondiale au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France » par Thérèse Blondet-Bisch (Chargée des collections photographiques de la BDIC au Musée d’Histoire Contemporaine. Paris- Invalides- de 1984 au 11 novembre 2008. Artiste-peintre, voir http://theresebisch.com).

3. Vendredi  13 MARS 2015 : « PH in situ. Paris » :  Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP), 24 rue Pavée 75004 Paris.

  • « Présentation des collections photographiques conservées à la BHVP. Le fonds France-Soir » par Carole Gascard.

4. Mardi 24 MARS 2015 : « PH in situ. Nevers (58) »  : Archives départementales de la Nièvre. 1, rue Charles Roy. 58 000 Nevers.

  • « Cartographie des photographes de la Nièvre. Un inédit : le reportage d’André Kertész dans les archives de l’usine Lambiotte à Premery » par Jean-Marie Linsolas (conservateur et directeur des Archives départementales de la Nièvre).

5. Vendredi 10 AVRIL 2015 : CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »

  • « Les portraits photographiques peints dans l’atelier Nadar, sous la houlette de Paul Nadar ou par Paul Nadar lui-même » par Claude Malécot (Docteur en histoire, ancienne chef de projet aux éditions du Patrimoine/Monum).
  • « Le rôle des photothèques administratives dans la valorisation du statut de la photographie : la Documentation Française et le Commissariat général au Tourisme » par Véronique Figini-Veron (Enseignant-chercheur à l’ENS Louis-Lumière et chercheur-associé au Centre d’histoire sociale du XXe siècle, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne / CNRS).

6. Vendredi 29 MAI 2015 :  CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »

  • « Une esthétique industrielle. Les Éditions Paul-Martial, une entreprise à l’avant-garde » par Anne-Céline Callens (Doctorante en Esthétique et Sciences de l’art sur l’étude du Fonds Paul-Martial. CIEREC – EA 3068. Université Jean Monnet-Saint-Étienne).
  • « La mise en place d’une exposition de photographies réalisées par les habitants d’une communauté inuit du Nunavik (Nord Québec) : modalités et enjeux de l’intégration des photographies de famille dans la sphère publique » par Véronique Antomarchi (Enseignante IUT Université Paris Descartes, chercheure associée Cerlom-iInalco GDR mutations polaires).

7. Vendredi 5 JUIN 2015 : CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue.

  • « Introduction au Dictionnaire historique des photographes d’architecture par Gérard Monnier (Professeur émérite, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne)
  • « La photographie d’architecture contemporaine au Japon » par Cécile Laly (chercheure en post-doctorat au Centre de Recherche sur l’Extrême-Orient de Paris-Sorbonne (CREOPS), Université Paris Sorbonne) (sous réserve).

PROGRAMME Version détaillée :

1. Vendredi 16 JANVIER 2015 : « PH In situ. Paris »  : Bibliothèque nationale de France – François-Mitterrand

  • Dominique Versavel (conservateur au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, chargée des collections photographiques du XXe siècle). Visite de l’exposition  Alix Cléo Roubaud. Photographies. Quinze minutes au rythme de la respiration »

Alix Cléo Roubaud (1952-1983) a produit, le temps de sa vie brève et fulgurante, une œuvre dense mêlant littérature, philosophie et photographie. Proche du réalisateur Jean Eustache qui lui consacra un court-métrage, complice et épouse du poète Jacques Roubaud, elle est de ces figures mystérieuses et fascinantes dont on connaît le nom sans avoir pu voir l’œuvre dans son intégralité. Les récentes donations de Jacques Roubaud à des collections nationales ont permis de découvrir l’ampleur, la puissance et la diversité jusqu’alors ignorées de sa production photographique.

La BnF organise la première exposition monographique de son travail, réunissant près de 200 photographies ainsi que des textes et documents inédits.

2. Vendredi 6 FÉVRIER 2015CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue»

Présentation du séminaire par le professeur Françoise Denoyelle.

  • Lucie Moriceau (chargée d’études documentaires au pôle archives de l’ECPAD Établissement de Communication et de Production audiovisuelle de la Défense -, responsable des fonds privés) et Xavier Sené (conservateur à l’ECPAD).

« Raymond Depardon, photographies d’un appelé dans le fonds Terre Air Mer Magazine conservé à l’ECPAD »

La redécouverte des photographies de Raymond Depardon dans le fonds iconographique de la revue militaire TAM (Terre Air Mer) conservée à l’ECPAD est apparue  en marge du projet de sortie du film Les Yeux brûlés réalisé en 1986 par Laurent Roth pour le quarantième anniversaire du SCA (Service cinématographique de l’armée). Dans ce film, Raymond Depardon n’apparaît qu’en voix off, livrant ses réflexions sur la pratique du reporter photographe dans la guerre. En parallèle du travail d’analyse documentaire conduit cette année au pôle des archives de l’ECPAD, Raymond Depardon est venu consulter ses photographies au fort d’Ivry en juin 2014.

De fait, Raymond Depardon, alors jeune photographe de l’agence Dalmas, a réalisé pour le compte de l’armée plus de 2000 images dans le cadre son service national à la rédaction parisienne du magazine des armées TAM (Terre-Air-Mer) de juillet 1962 à août 1963. Ce corpus inédit constitue un territoire oublié dans sa carrière de photographe : Raymond Depardon n’avait plus vu ses photographies depuis 50 ans.

Photographe militaire en service commandé, mais travaillant en civil, Raymond Depardon sillonne l’ensemble de l’hexagone à la rencontre des unités et saisit sur la pellicule une armée française engagée dans le bond technologique des Trente glorieuses en même temps qu’il fixe le portrait d’une génération. L’intervention permettra de revenir sur l’identification de ce fonds d’auteur à la renommée internationale au sein du fonds photographique de la revue TAM versé à l’ECPAD, de retracer son contexte de production particulier – une commande d’image institutionnelle d’une armée alors en pleine réforme structurelle et identitaire – et enfin, d’aborder quelques pistes d’analyses à la lumière rétrospective de la féconde carrière du reporter Depardon qui revendique une distance souvent contemplative avec son sujet, une prédilection pour les « temps faibles », à rebours du fameux « instant décisif » cher à Henri Cartier-Bresson.

  • Thérèse Blondet-Bisch (Chargée des collections photographiques de la BDIC au Musée d’Histoire Contemporaine. Paris- Invalides- de 1984 au 11 novembre 2008. Artiste-peintre, voir http://theresebisch.com). 

« Inventaire des collections photographiques de la Première Guerre mondiale au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France».

Au terme d’une carrière muséographique à la BDIC, où j’ai eu en charge les collections          photographiques, il me restait une expérience et une connaissance de la photographie de la  Première Guerre mondiale qui me semblait impératif de partager. Ainsi, dès 2009, j’ai     proposé à Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la Photographie de la BNF, de venir de manière régulière afin de procéder à un inventaire des          collections sur la Grande Guerre. Débuté en 2010, ce travail est pratiquement terminé en 2013, sur un  rythme hebdomadaire d’une demi-journée. Mon intervention portera sur ces collections en regard avec celles que j’ai fréquentées depuis 1984 : la BDIC, le Musée de l’Armée, le Musée de Meaux, l’Historial de Péronne et autres collections privées.

3. Vendredi  13 MARS 2015 : « PH in situ. Paris » Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP), 24 rue Pavée 75004 Paris.

  • Carole Gascard 

« Présentation des collections photographiques conservées à la BHVP. Le fonds France-Soir « 

4. Mardi 24 MARS 2015 : « PH In situ. Nevers (58) »  Archives départementales de la Nièvre. 1, rue Charles Roy. 58 000 Nevers.

  • Jean-Marie Linsolas (conservateur et directeur des Archives départementales de la Nièvre)

« Cartographie des photographes de la Nièvre.  Un inédit : le reportage d’André Kertész dans les archives de l’usine Lambiotte à Premery »

5. Vendredi 10 AVRIL 2015 : CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »

  • Claude Malécot (Docteur en histoire, ancienne chef de projet aux éditions du Patrimoine/Monum).

« Les portraits photographiques peints dans l’atelier Nadar, sous la houlette de Paul Nadar ou par Paul Nadar lui-même »

Félix Nadar avait compté sur le talent et la notoriété d’Emile Vieusseux pour promouvoir des portraits de personnalités peints sur photographies. Après la disparition du peintre florentin, Paul Nadar prend la suite et s’entoure de toute une équipe de peintres pour relancer cette spécialité. Lui-même donne au début du XXe siècle une série de versions pictorialistes de ses modèles préférés – portraits que le 28e Salon de la photographie de1933 mettra particulièrement en valeur.

  • Véronique Figini-Veron (Enseignant-chercheur à l’ENS Louis-Lumière et Chercheur associé au Centre d’histoire sociale du XXe siècle, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne / CNRS).

« Le rôle des photothèques administratives dans la valorisation du statut de la photographie : la Documentation Française et le Commissariat général au Tourisme »

Alors que les musées des beaux-arts représentent une voie de légitimation artistique exclusive, les photothèques administratives, à partir de la Seconde Guerre mondiale, ont   contribué à la valorisation du statut de la photographie grâce à une série de commandes et  à une politique de diffusion du « document d’auteur ». Le fait est oublié. À partir de deux cas d’étude, la Documentation Française (Fonds conservé à l’ECPAD) et le Commissariat  général au Tourisme (Fonds conservé aux Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine -), nous étudierons pourquoi et comment ces photothèques publiques ont développé une politique significative d’aide à la création photographique, plus de trente ans avant le ministère de la Culture.

6. Vendredi 29 mai 2015 :   CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »

  • Anne-Céline Callens (Doctorante en Esthétique et Sciences de l’art sur l’étude du Fonds Paul-Martial. CIEREC – EA 3068. Université Jean Monnet-Saint-Étienne).

« Une esthétique industrielle. Les Éditions Paul-Martial, une entreprise à l’avant-garde« 

Dans  la période  de  prospérité  des  années  1920 avec  la  consommation  accrue  liée  à  la  diffusion  de produits nouveaux, la publicité se développe et recourt à la photographie. De nouvelles  stratégies commerciales se mettent en place : les  entreprises   s’appuient sur les créations publicitaires et les réalisations graphiques. La SNCF, les aciéries et sidérurgies comme Schneider, les constructeurs automobiles, d’aviation, les chantiers navals, les laboratoires pharmaceutiques ou encore l’OTUA font  appel  aux  compétences des Éditions  Paul-Martial. L’entreprise, dont  l’activité débute en 1926, travaille dans le domaine de la photographie et de  l’édition  documentaire  et  publicitaire. Les fonds des archives de l’entreprise conservés au Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne Métropole, au Kunstmuseum de Bâle et au département des estampes et de la photographie de la Bibliothèque  Nationale de France permettent de constater que la plus grande partie des  photographies qui ont été réalisées par l’entreprise vise à promouvoir l’industrie  en représentant des usines, machines ou produits manufacturés à travers une esthétique propre à l’époque de l’entre deux guerres, faisant preuve de nombreuses affinités avec celle développée par les photographes avant-gardistes.

  • Véronique Antomarchi (Prag, Université Paris Descartes, chargée de cours : culture inuit Inalco)

 » La mise en place d’une exposition de photographies réalisées par les habitants d’une communauté inuit du Nunavik (Nord Québec) : modalités et enjeux de l’intégration des photographies de famille dans la sphère publique « 

Cette communication présente un terrain effectué en juillet 2012 dans un village du Nunavik (Nord du Québec) dans le cadre d’un projet sur l’imagibilité inuit. L’imagibilité est à la fois le moyen et l’art de représenter une société par l’image. L’objectif de la présente recherche consiste en l’étude de représentations du territoire vécu par les Inuit par l’intermédiaire des prises de vue photographiques inuit. En effet, la représentation de l’Arctique inuit est dominée aujourd’hui comme hier par le regard occidental (européen et nord-américain). Pourtant, depuis plusieurs décennies, les Inuit développent le goût personnel de photographier leur propre univers en mutation. Mené en accord avec la municipalité de Kangiqsujuaq, ce projet a fédéré une dizaine d’habitants qui ont choisi et commenté des photos de leurs albums de famille.

Dans un premier temps, Véronique Antomarchi fera un compte rendu des objectifs et des aspects méthodologiques de ce travail de terrain. La seconde partie mettra l’accent sur les commentaires des habitants car l’image suscite la narration. En effet, comme le rappelle l’historien de l’art, Georges Didi-Huberman, « langage et image sont absolument solidaires » (Didi-Huberman 2003 : 39). Enfin, sera questionnée la légitimité d’introduire dans un centre de transmission les photographies choisies par les habitants et le plus souvent réalisées par eux.

7. Vendredi 5 JUIN 2015 : CARAN, Archives nationales Paris, « Salle suspendue »

  • Gérard Monnier (Professeur émérite, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne)

Introduction au Dictionnaire historique des photographes d’architecture

Le thème de la photographie de l’édifice s’impose pour des raisons techniques ; il est rapidement relayé par les photographes professionnels sous toutes les formes de pratiques de service,  et dans des fonctions qui se démultiplient et se renouvellent, par exemple le constat des travaux en cours, et la photographie du suivi du chantier ; la photographie des édifices en démolition, ou dévastés par un séisme ou une guerre ; la photographie documentaire, utile aux ingénieurs et techniciens ;  la photographie destinée à une édition commerciale, à l’usage des touristes, qui explique le succès de la photographie de proximité en Italie au XIXe siècle, et  l’industrie de la colorisation « à la main » des épreuves à Yokohama en 1870, à New York en 1900  ; la photographie du monument local, majeur ou ordinaire,  destinée à l’édition de cartes postales ; la photographie comparatiste, ou reconduction ; la photographie aérienne, à destination de l’édition industrielle de cartes postales ou d’ouvrages. L’unité des pratiques de la photographie d’architecture est illusoire, ce pluralisme est un défi pour l’historien.

Ce pluralisme ouvert est à la base de notre démarche : nous choisissons à la fois d’admettre cette pluralité des pratiques et cette complexité des fonctions, et de proposer une issue en étudiant le praticien, le photographe. Il est porteur en effet, à un moment donné de l’histoire, de savoirs techniques relativement unis par rapport à l’hétérogénéité des fonctions. Il est soumis aux phénomènes de la production et de la diffusion, industrielles ou non, eux aussi relativement cohérents. Surtout il est en amont l’acteur premier de cette division des fonctions, des missions, des usages de la photographie

Tandis  que le dessin d’architecture avait été longtemps dépendant de la pratique des architectes eux-mêmes, parce qu’il était au cœur de leur formation et de leur métier, la photographie d’architecture était ailleurs.  Les architectes ont attendu longtemps pour devenir eux-mêmes des praticiens ; mais, s’ils se sont exclus eux-mêmes des pionniers, dans les générations suivantes, plusieurs architectes-praticiens ont conquis avec éclat droit de cité.

De nombreux chroniqueurs, historiens et critiques de l’architecture ont été assez tôt des praticiens plus ou moins avertis de la photographie d’architecture, cette situation, d’une part un certain temps à l’écart des architectes, et d’autre part proche des auteurs des textes sur l’architecture, a un sens. Elle situe la photographie d’architecture en dehors de l’architecture en train de se faire, elle la place dans le domaine de la médiation et de la communication, étroite ou élargie ; ce que le profil des opérateurs vérifie.  Siegfried Giedion (1888-1968) est de ce point de vue la référence initiale ; plusieurs de ses photographies illustrent son ouvrage Bauen in Frankreich, Eisen, Bauen in Eisenbeton (1928), et il est à l’origine du succès iconique du pont transbordeur de Marseille. Dans la génération suivante, les critiques (Pierre Joly) et les universitaires (les professeurs René Jullian à la Sorbonne, Marcel Durliat à l’Université de Toulouse, Jean-Jacques Gloton à l’Université d’Aix-Marseille) ont été nombreux à pratiquer la prise de vue pour illustrer leurs articles, leurs cours et leurs ouvrages. Depuis les années 80, il ne semble pas que les conditions de l’enseignement de l’histoire de l’architecture, à l’Université comme dans les Ecoles d’architecture, soient en mesure de dispenser l’enseignant de produire sa propre documentation photographique.

  • Cécile Laly, chercheure en post-doctorat au Centre de Recherche sur l’Extrême-Orient de Paris-Sorbonne (CREOPS), Université Paris Sorbonne. (Sous réserve)

« La photographie d’architecture contemporaine au Japon ».

Lorsque la photographie d’architecture n’est pas une commande d’architecte ou de maison d’édition, elle détourne les bâtiments à des fins purement plastiques, transformant les constructions en objets esthétiques, en symboles humanitaires, ou encore en vecteurs de réactions spontanées face aux changements soudains. De nombreux photographes illustrent ces visions-utilisations de l’architecture. Deux cas d’études seront plus particulièrement abordés : la présentation plurielle de Tokyo, ville métabolisme en perpétuelle évolution, sujet de toutes les expressions et expérimentations photographiques; et les livres de photographie dédiés à l’île de Gunkanjima, l’île de béton figée dans un état d’abandon et de ruines depuis 1974 (année de la fermeture de l’île).

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search