Mai 68. Regard de l’État.

 Communication du 17 mai 2018

(Petit auditorium de la BNF Tolbiac), colloque Les mondes de 68 (INHA, BNF, AN, Centre Pompidou), dans le cadre de l’exposition « Icônes de Mai 68 » présentée à la BnF (cp_mondes_68_prog)

« Mai 68, regard de l’État. Étude du fonds photographique du préfet Maurice Grimaud de la Bibliothèque nationale de France »

Alors que les évènements de Mai 68 ont fait l’objet d’un grand nombre d’études historiques, le point de vue de « l’autre côté », celui de l’État, semble avoir suscité moins d’intérêt auprès des historiens ; à tel point qu’un corpus de plus de 1 000 photographies donné par le préfet Maurice Grimaud au cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale est resté, jusqu’à ce jour, inédit. Produites par l’identité judiciaire et la direction des services techniques section photo-cinéma, et versées en trois temps (1968, 1970, 1971), les photographies témoignent – ou servent de preuves ? – des manifestations, des barricades, des dégâts causés par les soulèvements et des opérations de nettoyage qui en découlent. Les portraits de manifestants, pris séparément ou en groupe, complètent l’ensemble.

Après avoir exposé la méthode de recherche qui a permis cette redécouverte, les conditions de production de ces images ainsi que leurs caractéristiques et usages, nous nous interrogerons sur les motivations qui ont conduit le préfet Maurice Grimaud à faire un don à une bibliothèque et non à un service d’archives, et nous questionnerons les critères qui ont présidé à la sélection des photographies. In fine, nous tenterons de mieux comprendre l’élaboration d’une représentation officielle de Mai 68 et, par extension, celle de son histoire.

Colloque international « France, face et profil ». 17, 18 et 19 janvier 2018 (Paris & Tours)

   En collaboration avec Raphaële Bertho (maîtresse de conférences à l’IUT François-Rabelais de Tours) et Laurent Gerbier (maître de conférences HDR en philosophie à l’Université François-Rabelais de Tours), dans le cadre de l’exposition Paysages français, Une aventure photographique 1984-2017 (BnF, 2017-2018), le colloque s’est proposé de revenir sur la genèse des missions photographiques, en France et en Europe, depuis les années 1980, et plus largement sur les construits visuels d’un paysage national français, depuis le XIXe siècle, dans une perspective comparée (Italie, Grande-Bretagne, États-Unis). L’attention a été centrée sur leurs conditions de production et de diffusion, l’évolution de leur réception dans le temps ainsi que leur portée locale, nationale ou transnationale ; en s’attachant à mettre exergue le rôle des acteurs publics et privés, français comme étrangers, et surtout les problématiques soulevées par l’exercice de la commande, tant sur le plan conceptuel que pratique, où la recherche d’un équilibre entre une figure imposée (le cadre institutionnel ou commercial) et une figure libre (le libre arbitre de l’auteur) engage de facto un débat sur le statut de la photographie, entre document et œuvre ; ainsi que la légitimation de la photographie comme art, en dehors des circuits traditionnels des musées.

Objet d’une lecture aussi bien archéologique que prospective, accompagnée d’une approche transdisciplinaire (photographies, cartes postales, images d’Épinal, peintures, dessins, atlas et cartes) propice à interroger une ingénierie croisée entre art et technique, cette thématique du paysage national, rural autant qu’urbain, a été analysée à l’aune de questionnements esthétiques, politiques, pédagogiques, économiques et sociaux, par des universitaires mais également des acteurs publics et privés, français et étrangers, ainsi     que des artistes.

Télécharger le programme : FFP-programme-180102-web

Inauguration Salle de projection Claudine Nougaret – Raymond Depardon à l’ENS Louis-Lumière.

Claudine Nougaret et Raymond Depardon. Salle de projection ENS Louis-Lumière. 24 novembre 2017. Photo Elise Comte.
Raymond Depardon au milieu des étudiants de l’ENS Louis-Lumière. Inauguration salle de projection. 24 novembre 2017. Photo Elise Comte.