21e Rendez-Vous de l’Histoire de Blois. La Puissance des images

http://www.rdv-histoire.com/figini-veron-veronique
 
1
Actions scolaires 
Conférence

Vendredi 12 oct. 2018 de 9:30 à 10:30 Lycée Dessaignes,
Salle des Temps modernes
La photographie de presse, entre actualité et histoire
À partir d’une sélection de photographies de presse récompensées par le World Press Photo ont été abordées les questions suivantes : Pourquoi et comment une photographie devient-elle une icône ? L’image fixe a-t-elle une force mémorielle supérieure à l’image anime ? Où est la frontière entre information et propagande ? La photo amateur est-elle une concurrence déloyale ? Que dire de la diffusion aujourd’hui par le biais du numérique et des réseaux sociaux ?

 

2
Carte blanche au Service Interministériel des Archives de France et aux Archives Nationales

Vendredi 12 oct. 2018 de 14:15 à 15:15 Conseil départemental,
Salle du Bourg Neuf.
Conférence dans le cadre de la journée d'études  « L’image au service de la propagande politique » avec Sébastien PIVOTEAU, responsable de fonds aux Archives nationales.
L'État photographe au service des Trente Glorieuses
Le Département de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Agriculture (DEATA) de la Direction des Fonds des Archives nationales conserve plusieurs fonds photographiques qui témoignent des efforts de reconstruction et de modernisation menés par l’État de l’après-guerre aux années 1970. Avant même le lancement de la Mission photographique de la DATAR et de l’Observatoire photographique national du paysage, des photographes missionnés ou salariés par les ministères de l’Agriculture, des Transports et de l’Urbanisme, ou encore le Commissariat général au Tourisme, ont en effet donné à voir une France en mutation accélérée.

La présente communication, qui réunit une historienne de la photographie institutionnelle et un responsable de fonds du DEATA, s’attachera dès lors à présenter et à éclairer les images visuelles et mentales ainsi produites. Car ces photographies ne s’inscrivent pas seulement dans une démarche de connaissance visant à faciliter la mise en œuvre de politiques publiques d’aménagement et d’équipement ; elles participent aussi et surtout d’une construction de représentations destinées tout à la fois à légitimer l’action gouvernementale sur le territoire, à consolider une identité collective faite de modernité technique et d’héritages naturels et culturels, et à stimuler la croissance économique, par la diffusion de bonnes pratiques agricoles comme par la promotion de l’attractivité touristique du pays.

3
Le LAB de l'enseignant et du chercheur (
Table Ronde)

Vendredi 12 oct. 2018 de 16:30 à 18:00 Site Chocolaterie de l'IUT,
Salle 214
Images sans qualités ou icônes, deux puissances paradoxales
Proposé par l’École nationale supérieure Louis-Lumière (La Cité du Cinéma, Saint-Denis 93), avec le concours d’ISOR (Images, SOciétés et Représentations), composante du Centre d’Histoire du XIXe siècle Paris1-Paris-Sorbonne.

Modération : Véronique FIGINI
(en remplacement du directeur de l'ENS Louis-Lumière)
Communication : La direction de l'image de Jacques Ostier, une écriture photo-journalistique de l'histoire ?

Avec Françoise DENOYELLE, Professeure émérite des Universités à l’ENS Louis-Lumière, historienne de la photographie, Jean-Claude SCHMITT, Historien et directeur d'études émérite à l'EHESS et Myriam TSIKOUNAS, Professeure d’histoire et audiovisuel à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

À rebours d’une appropriation immédiate qui apparaît comme logique, l’image fait état de statuts et de niveaux de lecture variables, combinables entre eux  ; ce par quoi voir n’est pas reconnaître, mais le difficile apprentissage de seuils inédits de compréhension du monde
(B. Lamarche-Vadel).

 

Mai 68. Regard de l’État.

 Communication du 17 mai 2018

(Petit auditorium de la BNF Tolbiac), colloque Les mondes de 68 (INHA, BNF, AN, Centre Pompidou), dans le cadre de l’exposition “Icônes de Mai 68” présentée à la BnF (cp_mondes_68_prog)

“Mai 68, regard de l’État. Étude du fonds photographique du préfet Maurice Grimaud de la Bibliothèque nationale de France”

Alors que les évènements de Mai 68 ont fait l’objet d’un grand nombre d’études historiques, le point de vue de « l’autre côté », celui de l’État, semble avoir suscité moins d’intérêt auprès des historiens ; à tel point qu’un corpus de plus de 1 000 photographies donné par le préfet Maurice Grimaud au cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale est resté, jusqu’à ce jour, inédit. Produites par l’identité judiciaire et la direction des services techniques section photo-cinéma, et versées en trois temps (1968, 1970, 1971), les photographies témoignent – ou servent de preuves ? – des manifestations, des barricades, des dégâts causés par les soulèvements et des opérations de nettoyage qui en découlent. Les portraits de manifestants, pris séparément ou en groupe, complètent l’ensemble.

Après avoir exposé la méthode de recherche qui a permis cette redécouverte, les conditions de production de ces images ainsi que leurs caractéristiques et usages, nous nous interrogerons sur les motivations qui ont conduit le préfet Maurice Grimaud à faire un don à une bibliothèque et non à un service d’archives, et nous questionnerons les critères qui ont présidé à la sélection des photographies. In fine, nous tenterons de mieux comprendre l’élaboration d’une représentation officielle de Mai 68 et, par extension, celle de son histoire.

Colloque international “France, face et profil”. 17, 18 et 19 janvier 2018 (Paris & Tours)

   En collaboration avec Raphaële Bertho (maîtresse de conférences à l’IUT François-Rabelais de Tours) et Laurent Gerbier (maître de conférences HDR en philosophie à l’Université François-Rabelais de Tours), dans le cadre de l’exposition Paysages français, Une aventure photographique 1984-2017 (BnF, 2017-2018), le colloque s’est proposé de revenir sur la genèse des missions photographiques, en France et en Europe, depuis les années 1980, et plus largement sur les construits visuels d’un paysage national français, depuis le XIXe siècle, dans une perspective comparée (Italie, Grande-Bretagne, États-Unis). L’attention a été centrée sur leurs conditions de production et de diffusion, l’évolution de leur réception dans le temps ainsi que leur portée locale, nationale ou transnationale ; en s’attachant à mettre exergue le rôle des acteurs publics et privés, français comme étrangers, et surtout les problématiques soulevées par l’exercice de la commande, tant sur le plan conceptuel que pratique, où la recherche d’un équilibre entre une figure imposée (le cadre institutionnel ou commercial) et une figure libre (le libre arbitre de l’auteur) engage de facto un débat sur le statut de la photographie, entre document et œuvre ; ainsi que la légitimation de la photographie comme art, en dehors des circuits traditionnels des musées.

Objet d’une lecture aussi bien archéologique que prospective, accompagnée d’une approche transdisciplinaire (photographies, cartes postales, images d’Épinal, peintures, dessins, atlas et cartes) propice à interroger une ingénierie croisée entre art et technique, cette thématique du paysage national, rural autant qu’urbain, a été analysée à l’aune de questionnements esthétiques, politiques, pédagogiques, économiques et sociaux, par des universitaires mais également des acteurs publics et privés, français et étrangers, ainsi     que des artistes.

Télécharger le programme : FFP-programme-180102-web