Champs de recherche

Naturellement transnationales et transversales, couvrant de larges territoires thématiques et géographiques, la photographie et son histoire offrent des panoramas d’investigation interdisciplinaires qui peuvent être matérialisés sous forme de travaux de collaboration à échelle nationale, européenne ou internationale.

Axe 1. LA PHOTOGRAPHIE ET L’ÉTAT
Photographie(s). Usages publics, nationaux et transnationaux, sur le plan social, politique et pédagogique.
Les politiques publiques de diffusion.

Ce champ d’étude est centré sur les politiques de diffusion de la photographie, en particulier son usage socio-politique national et transnational, de concert avec un phénomène que j’ai intitulé le PIC, ce glissement progressif de la « propagande » à  « l’information dite neutre », puis à la « communication ». Fondée sur l’étude croisée des fonds photographiques du ministère des Affaires étrangères, de la Documentation française, du Commissariat général au Tourisme et de la Fédération internationale d’art photographique (FIAP), cette recherche rejoint l’histoire des représentations (ex : la volonté de créer un nouveau visage de la France en lien avec la politique du Commissariat Général du Plan de Jean Monnet) et questionne le rôle de l’image, autant dans la construction d’une mémoire et d’une identité collectives que dans l’élaboration de l’histoire. Au-delà, la pédagogie par la photographie sera interrogée ainsi que la place de l’image dans les humanités numériques.

Axe 2. Photographie(s). Matrice, masse et médias : subversions croisées.
Histoire comparée des arts visuels reproductibles.

En lien avec le développement des visual studies, la proximité immédiate de l’histoire de l’art, et afin d’enrichir mutuellement les connaissances de domaines voisins qui restent cloisonnés et se constituent d’histoires parallèles, une étude comparée des arts visuels reproductibles (photographies, estampes, cinéma et vidéo) semble pertinente, d’autant plus que ces disciplines partagent des problématiques communes, renforcées par l’ère numérique. Face à ce champ d’étude fort large, notre réflexion reste centrée sur les concepts étroitement liés de « matrice », « masse » et “médias”.

Axe 3. Photographie(s). Patrimoine et Création.
Les politiques publiques d’enrichissement et d’aide à la production.

Complément de ma thèse sur les politiques d’enrichissement en photographie de la seconde moitié du XXe siècle, mon intérêt se porte également sur :

  • les aides publiques à la création, avec une approche comparée entre celles qualifiées d’artistiques (Fonds de la Commande publique, Fonds d’Incitation à la Création (FIACRE), …) et les commandes dites « administratives » (Documentation française, Commissariat général au Tourisme, ….).
  • les nouvelles problématiques et nouveaux enjeux développés par l’ère numérique (dématérialisation de l’œuvre, approches théorique et esthétique, essor de la production, puissance de la diffusion, politiques publiques, conservation – pérennité des œuvres, complexité des droits,  etc.). L’étude des enrichissements des collections nationales (musée national d’Art moderne, Centre national des Arts plastiques, musée d’Orsay, Bibliothèque nationale de France, etc.) et régionales (Fonds régionaux d’Art contemporain, etc.) sera poursuivie, et élargie aux politiques municipales (ex : la Ville de Paris).
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search