Photo Marie-Pierre Magherini. ENSLL.

Véronique FIGINI-VERON

est historienne de la photographie, maîtresse de conférences à l’ENS Louis-Lumière (Cité du Cinéma, 93), chercheure au Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (CEMTI, Université Paris 8, EA 3388), associée au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CNRS, UMR 8058), expert scientifique auprès de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), expert près la cour d’appel de Paris, membre du conseil d’administration de l’Association pour le Développement de l’Histoire culturelle (ADHC) et du Syndicat de la Presse Artistique Française (SPAF) ainsi que titulaire de la première bourse post-doctorale créée dans le cadre d’un partenariat recherche entre le Centre National des Arts Plastiques et l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (CHS). 

Elle co-dirige le séminaire de recherche “Photographie et Histoire” en collaboration avec les Archives nationales, co-encadre l’atelier “Comprendre les usages sociaux du numérique par l’enquête socio-photographique”, soutenu par ArTeC (voir site numerique-investigation.org) et participe au projet ANTRACT (Analyse transdisciplinaire des actualités filmées), financé par l’ANR.

Membre fondateur et administratrice de l’association pour la promotion des fonds photographiques (APFP), elle est également membre du comité de rédaction de la nouvelle revue de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle (Revue d’histoire culturelle XVIIIe-XXIe siècles), attachée à la rubrique “Médias et écriture de l’histoire”, membre du jury de la résidence photographique du musée de l’Armée et du conseil scientifique de l’ECPAD (Etablissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense).

Membre de Mnémosyne (Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre) et du réseau professionnel, Les Filles de la Photo.

 

La photographie comme objet d’étude

D’apparence simple, la photographie est au contraire d’une rare complexité car plurielle dans sa nature, massive dans sa production, puissante dans sa diffusion, rapide dans son évolution et diverse dans ses droits. Au statut oscillant entre « art » et « technique », elle épouse toutes les formes de modernités ; ainsi, appréhender la photographie d’un point de vue scientifique est un exercice singulier.

Son champ de recherche porte sur l’État et la photographie, les politiques publiques et l’étude des problématiques liées à l’objet/photographie/image fixe à la fois comme « document », « document d’auteur », « œuvre documentaire » et « œuvre d’art » ; sans exclusive, du domaine des médias à celui des arts visuels (Pour plus de détails, voir la rubrique “Champs de recherche”). Ses travaux actuels sont centrés sur la question de la diffusion autour du concept du PIC (Propagande – Information dite “neutre” – Communication) de la seconde moitié du XXe siècle,  lequel rejoint le rôle de la photographie dans la diplomatie d’influence d’un point de vue historique comme actuel.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search