LE MUSÉE DE L’ARMÉE LANCE SA RÉSIDENCE PHOTOGRAPHIQUE.

Yan Morvan, Champs de Bataille. Bataille de Bazeilles. 31 août-1er septembre 1870. Les Dernières Cartouches peint en 1873 par Alphonse de Neuville, Bazeilles, France, 2016. Épreuve couleur Cibachrome, 80x 100 cm, musée de l’Armée, inv. 2016.41.22

Résultat d’images pour logo musée de l'armée

La résidence photographique du musée de l’Armée se déroulera chaque année entre les mois d’avril et octobre, au cœur de l’Hôtel national des Invalides.
Elle est ouverte à tout photographe professionnel sans considération d’âge ni de nationalité.

Les candidats doivent déjà avoir exposé ou publié leurs images. Les artistes seront libres d’explorer l’ensemble des techniques et procédés du médium photographique, comme les différents registres et sensibilités (documentaire, reportage, plasticien). Ils bénéficieront d’une bourse d’un montant forfaitaire total de 10 000€ TTC. À la fin de la résidence, ils seront invités à un temps de restitution et de présentation du travail élaboré, sous la forme d’un événement public tel une exposition, une publication ou une soirée de restitution.

Réception des candidatures : au plus tard le 10 février 2023
https://www.musee-armee.fr/minerve-le-musee-de-demain/residence-photographique.html


Les résidents seront incités à travailler sur un ou plusieurs axes proposés par le Musée tels que :


Les collections du musée de l’Armée, l’une des collections d’histoire militaire les plus riches au monde avec près de 500 000 pièces de l’âge du bronze au XXIe siècle ;
L’architecture de l’Hôtel national des Invalides et son écosystème, repérable dans le paysage parisien grâce aux dorures de son célèbre Dôme abritant le tombeau de Napoléon Ier. Édifiée au XVIIe siècle sous l’impulsion de Louis XIV, l’hôtel des Invalides est à la fois hospice, caserne, couvent, hôpital et manufacture. Il poursuit aujourd’hui sa vocation initiale en abritant l’Institution nationale des Invalides. Le site porte également les valeurs emblématiques de la République, au travers des cérémonies d’hommages nationaux, civils et militaires, de prises d’armes militaires, d’adieu aux armes ;
La création du musée de l’Armée de demain, en accompagnant la transformation du musée de l’Armée en musée d’histoire mondiale de la France à travers le fait militaire et guerrier, suivant la construction des quatre parcours supplémentaires consacrés à l’histoire du site, à la période allant de l’après-guerre jusqu’à nos jours, à la colonisation et à la décolonisation, enfin à l’actualité des opérations militaires ;
La vie et les rythmes au musée de l’Armée, en explorant à la fois le visible (le Musée et ses espaces ouverts au public) et l’invisible (ses réserves, ses coulisses et ses espaces non-accessibles au public) ; la diversité des métiers de la conservation, de la préservation et de la valorisation du patrimoine, une variété de professionnels qui assurent l’étude, la conservation, la présentation, l’enrichissement, la restauration, la sécurité et le rayonnement d’un fonds exceptionnel ;
Le lien armée-Nation et l’éveil du citoyen, en écho à sa vocation civique, le musée de l’Armée contribue au développement de l’esprit l’esprit de défense et à l’éducation du citoyen en conservant la mémoire des gloires militaires de la Nation, ainsi que le souvenir de tous ceux qui sont morts pour la France.

Le jury :

. Dimitri Beck, directeur de la photographie au magazine Polka
. François Boucart, responsable de la galerie municipale le Carré d’Art, Chartres-deBretagne, Ille-et-Vilaine
. Héloïse Conésa, conservatrice du patrimoine en charge de la photographie contemporaine à la Bibliothèque nationale de France, Paris
. Jean-François Camp, photographe, ancien PDG du laboratoire photographique Dupon et directeur de la galerie Durev-Events
. Nathalie Chapuis, historienne de l’art, codirectrice des éditions Atelier EXB
. Véronique Figini-Veron, historienne de la photographie, et maîtresse de conférence à l’ École Nationale supérieure Louis Lumière (Cité du cinéma, 93)
. Ariane James-Sarazin, conservatrice générale du patrimoine, directrice-adjointe du musée de l’Armée
. Luce Lebart, historienne de la photographie et chercheuse rattachée à la collection Archive of Modern Conflict
. Clarisse Mazoyer, présidente de l’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture (OPPIC)
. Lucie Moriceau-Chastagner, responsable de la collection de photographies du musée de l’Armée, adjointe à la cheffe du département beaux-arts et patrimoine
. Érika Negrel, secrétaire générale de Diagonal, réseau français des lieux de diffusion et de production dédiés à la photographie
. Daniel Regard, photograveur et fondateur de l’atelier « Les Artisans du Regard »

Calendrier :
Lancement de l’appel à candidature le 10 novembre 2022
Réception des candidatures : au plus tard le 10 février 2023
Choix et annonce aux candidats finalistes : fin mars 2023
Jury de sélection et annonce du candidat finaliste : avril 2023
Déroulement de la résidence entre avril et octobre 2023

Le dossier complet en français, en anglais :



Citer ce billet
Véronique Figini (2022, 12 novembre). LE MUSÉE DE L’ARMÉE LANCE SA RÉSIDENCE PHOTOGRAPHIQUE. 4.P. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/agpc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search