L’esthétique des Trente Glorieuses (actes colloque Cerisy), mars 2021.

Publication des actes du colloque “Art, industrie et société au temps de la reconstruction et de la croissance d’après-guerre” (Cerisy, juin 2019), sous la direction de Gwenaële Rot (PR Sciences Po Paris) et de François Vatin (PR Université Paris-Nanterre), Éditions, Illustria (Deauville), 240 p.

Argumentaire : On considère avec nostalgie les Trente Glorieuses comme si, dans les années 1945-1975, avait régné l’abondance économique, alors qu’il fallait d’abord reconstruire un pays en ruine, mais on dénigre son bilan idéologique et culturel, dominé par une croyance illusoire au progrès. Pollution, urbanisme sans âme, matières plastiques imputrescibles, tels seraient les seuls legs de ce temps d’inconscience. Aussi, l’architecture et l’art monumental des Trente Glorieuses, encore mal-aimées, ont subi beaucoup de destructions et commencent à peine à être patrimonialisées.

Or, comme le montrent les études réunies ici, en dépit de l’urgence de la reconstruction, on a accordé à cette époque une grande importance aux questions esthétiques. On faisait confiance aux nouveaux moyens techniques pour faire du beau moins cher à destination du plus grand nombre.

Esthétique fonctionnelle et démocratisation artistique sont étroitement liées. On comprend dès lors le rôle central de l’industrie dans les représentations de cette époque. Contre l’opposition romantique du beau et de l’utile, il fallait réinstaller le monde industriel dans les valeurs humaines. Les usines, aussi, devaient être belles comme fonctionnelles et constituer un objet d’intérêt pour l’art. La démocratisation du beau exigeait qu’il s’impose dans les lieux de travail.

Inversement, l’expérience industrielle de la simplicité, de la cohérence, pouvait nourrir l’inspiration artistique.

Réunissant vingt-quatre spécialistes qui croisent leurs multiples terrains, cet ouvrage vise, non à défendre l’esthétique des Trente Glorieuses, mais à la restituer dans sa complexité. Il invite le lecteur à regarder un peu différemment un passé trop proche pour qu’on puisse encore pleinement l’estimer.

Notre article (Chapitre “Représenter l’industrie”) : “La Documentation française et la photographie, 1945-1970”.

Alors qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, démonstration est faite d’une efficacité politique de l’image, les photothèques publiques se développent en corollaire d’une demande croissante en documentation, notamment industrielle. Destinée en premier lieu comme aide à la prise de décision des pouvoirs publics en vue de redresser et de moderniser la France, cette information revêt d’autres fonctions, dont celle de préparer les citoyens à un monde nouveau. Sur fond de défiance à l’égard d’une communication d’État assimilée systématiquement à de la propagande, l’élaboration d’une information neutre est revendiquée, parmi laquelle figure la documentation photographique. À partir de l’exemple industriel, comment traduire cette neutralité sous forme visuelle ? Quels rôle et enjeux sont réservés à la documentation photographique ? Sous couvert d’objectivité et d’impartialité, une nouvelle forme de propagande n’est-elle pas mise en place ? En dehors des circuits des musées ou des galeries, une légitimation artistique peut-elle exister ? Autant d’approches qui permettent de questionner tant les frontières entre propagande et communication publique, entre secteurs public et privé, que celle entre document et œuvre d’art où le regard de l’ingénieur désormais oublié, est dominant.

Sommaire : file:///C:/Users/veron/Downloads/30Glorieuses_souscription-4p%20(2)%20(1).pdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search