Mélanges offerts à Jean-Paul Gandolfo. Cahier Louis-Lumière, hors série, janvier 2021

Hors série des Cahiers Louis-Lumière, ces Mélanges rendent hommage à la carrière de Jean-Paul Gandolfo, enseignant à l’ENS Louis-Lumière, spécialiste des procédés alternatifs argentiques, lequel a fait valoir ses droits à la retraite fin décembre 2020.

Près d’une vingtaine d’auteurs, anciens collègues et étudiants-photographes, responsables institutionnels, en France et à l’étranger, chercheurs et/ou amis, ont chacun à leur manière saluer son parcours professionnel où, théorie des écarts pour le moins surprenante, la chambre noire côtoie l’horizon des massifs montagneux. 

Une version papier, non payante, est disponible sur demande. Sinon, une version web est téléchargeable ici.

Notre “lettre à un futur collègue” :

Cher Jean-Paul, 

Mieux que quiconque, tu sais que les pages historiques ne se tournent pas comme celles d’un livre. Les chapitres ne se succèdent pas les uns aux autres, en bon ordre, mais ils se superposent, s’entrecroisent, se combinent. Les techniques s’entrechoquent, s’alternent, s’hybrident, et les historiens qui aiment les ranger par catégories, peinent souvent à s’y retrouver. Obéissante au goût – devrais-je dire au doigt et à l’œil – de son propriétaire, la collection comme modèle, ne convient pas aux photographiesAu contraire des bien-pensants, mieux vaut la logique organique du fonds, la méthode archivistique plutôt que celle muséale ; ton âme de géographe ne me démentira pas.  

Marcher dans l’épaisseur des souvenirs est pour beaucoup inutile. Pour nous, arpenter les chemins de l’histoire, aussi bien dans les creux des vallées que sur les hauts sommets des frères Bissoou de Frison-Roche et l’éditeur Arthaudest un exercice vivifiant. Remonter aux sources, à la source première ; programme initiatique qui relève de la croyance. 

Pourquoi « futur » collègue alors que tu fais valoir tes droits à la retraite ? Vain mot que ce dernier, Françoise ne me contredira pas, avec laquelle tant d’énergie, tant d’engagements ont été consacrés au service de l’école et de ses étudiant.es, pendant de si longues années, et aujourd’hui encore. Indéfectible et inlassable approfondissement d’une thématique, d’une questionla curiosité et le goût de l’effort chevillés au corps ; le document, qu’il soit ou non en bel état, du moment qu’il renferme l’information qui éclaire tout. Après tout, au commencement était la lumière.

Le temps long de l’histoire plutôt que l’instantané d’un présent aux prises avec les rets d’une mode sans constance donc sans consistance ; le matériel lourd de la chambre plutôt que celui « léger » et rapide ; la pratique qui s’ancre dans le limon de l’histoire plutôt que les images qui se fanent aussi vite qu’elles se créent. L’odeur des chimies, la compagnie des agrandisseurs, celle des révélateurs ; plutôt que l’univers aseptisé et froid des écrans. Un brin d’aléatoire et de surprise au lieu d’un monde d’applications : « Press the bouton, le numérique fait le reste », utopie autant qu’illusion à laquelle les photographes-consommateurs et les sachants au vernis photographique, adhèrent. Le numérique, oui, s’il s’inscrit dans le continuum historique, s’il est mesuré à l’aune de l’histoire, et non présenté comme une injonctionun Graal qui relève en partie, nous le savons, du mythe. Le numérique, oui, comme tremplin vers l’innovation et la recherche, comme marche en avant ; plusieurs mémoires que tu as encadrés en témoignent et ton parcours l’incarne. La photographie ne supporte pas les frontières, l’enfermement. L’image fixe n’est que mouvement.

Enfin, je ne t’apprends rienla difficulté dans l’enseignement n’est pas de transmettre mais de donner envie d’apprendre, « l’art de la répétition » comme tu aime à le répéter. Puisses-tu poursuivre ce dessein sous d’autres formes, dans d’autres lieux, si possible avec Lumière comme port d’attacheet en particulier avec ta collègue qui salue ici toute la richesse de ton savoir, la maîtrise de tes savoir-faire, et ton talent à letransmettre.  

 Véronique Figini

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search